Life in Paris between Autumn and Christmas

montmartre-automne

There’s a peculiar timing between autumn and Christmastime. We are just leaving a season with golden feisty hues, only to realize that winter has crept in with icy temperatures and desolate bare branches. At the same time, cheery Christmas lights are being hung up in the streets and shops, announcing merry holidays to come.

My autumn was mostly spent in my (still new) neighborhood of Montmartre. The stairs and squares with whimsical street lights were the perfect setting for what is a joyfully melancholic season. More than once did I stop in my tracks to capture a moment when I was running late to work. No regrets on that part.

La vie à Paris suit son cours entre l’automne et les fêtes de fin d’année. On quitte une saison aux tons dorés, presque festifs, avant de se rendre compte avec une douce nostalgie que l’hiver s’installe pour de bon, armé de ses températures froides et de ses branches dénudées. Et dans un même temps, les rues et commerces se parent de décorations de Noël, annonciatrices de fêtes et plaisirs.

L’automne, je l’ai vécu surtout dans mon quartier de Montmartre. Les escaliers et petites places au charme désuet se prêtaient particulièrement bien à cette saison. A tel point qu’il m’est arrivé de m’arrêter net pour immortaliser l’instant alors que j’étais déjà en retard pour me rendre au travail. Aucun regret de ma part, bien entendu.

buddha-bar-hotel-paris-tea-time

But what about the holidays? The Christmas tree at Galeries Lafayette is still regal as ever; the chandelier at Christian Dior on avenue Montaigne still shines bright.

The novelty for me this year was the winter tea time the Buddha Bar Hotel Paris invited me to. Located in a 17th century mansion steps away from the Hermès store on Faubourg Saint-Honoré, the 5-star hotel takes us on a journey with its Asian-inspired concept.

Within the cozy Lounge Bar Le Qu4tre, the tea time starts with 3 savoury bits: the smoked salmon with shizo cream and finger lime, a Christmas cake flavored with spices and foie gras and a mini burger with black truffle. The highlight was obviously (I mean, you know me) the cakes. Among the 5 on the menu, my favorites are the hot fudge biscuit, peanut and vanilla as well as the exotic fruits cream puff pastry. The first is a surprising play on textures and brings you back to childhood while the other is lighter and brings a great balance with coco, mango and passion fruits. Luckily, you won’t have to pick between the two as 2 sweet creations are included in the afternoon tea. The desserts were created by Chef pâtissier Nicolas Jaulmes who previously worked at Ladurée.

Tea time or not, I recommend you head to the bar and order the winter cocktail created by chef barmaid Vicky Milon. A mix of cognac with star anise and cinnamon, it is flamed right before your eyes and drank warm. A spicy delight!

Mais qu’en est-il des fêtes de fin d’année ? Le sapin de Noël des Galeries Lafayette trône toujours sous la coupole, cette fois paré d’un habit de neige. Le lustre de la boutique Christian Dior avenue Montaigne est toujours présent lui aussi.

La nouveauté pour moi a été le tea time auquel le Buddha Bar Hotel Paris m’a conviée dans son bel hôtel particulier du 17ème siècle. Situé à deux pas de la rue du Faubourg Saint-Honoré, l’hôtel 5-étoiles nous emmène dans une contrée lointaine à l’esthétique In the Mood for Love.

Dans l’ambiance feutrée du Lounge Bar Le Qu4tre, le tea time commence par des pièces salées sous influence asiatique, comme le saumon fumé des îles Féroé à la crème de shizo et citron caviar. Ceux qui me connaissent ne douteront pas que les pâtisseries m’ont plus marquée. Dans les 5 proposées dans le menu, je vous recommande tout particulièrement le biscuit caramel fondant, cacahuète et vanille ainsi que la religieuse exotique coco mangue et passion. Le premier est un réel plaisir régressif et gourmand, jouant sur les textures fondantes et craquantes. La deuxième est un délice de fraîcheur et de légèreté. La sélection a été créée par Nicolas Jaulmes qui est passé par Ladurée avant de devenir chef pâtissier du Buddha Bar Hotel Paris.

Le tea time est accompagné d’une boisson chaude avec une carte du Palais des Thés. Je vous encourage à commander le cocktail  de saison créé par la chef barman Vicky Milon. Sur une base cognac conjuguant anis étoilé et cannelle, il est flambé sous vos yeux et se boit chaud. Un vrai spectacle en soi.

 

Le Buddha Bar Hotel Paris – Lounge Bar Le Qu4tre   4 rue d’Anjou Paris 8e

Tea time servi tous les jours sauf le dimanche, 15h-18h

Formule à 28€ (3 pièces salées, 2 pâtisseries sucrées, 1 boisson chaude)

paris-rose

Another find in the food department: La Maison du Miel at their blogger breakfast. It’s a lovely boutique (those floors!!) built in 1905, located between Le Printemps and place de la Madeleine. With 65 varieties of honey from all over the world and honey-based delights, the house does not compromise on quality and is the supplier to great names like Sébastien Gaudard.

Une autre belle découverte gourmande : La Maison du Miel, à l’occasion d’un petit déjeuner bloggers. La charmante petite boutique construite en 1905 est située entre les grands magasins du boulevard Haussmann et la place de la Madeleine. On peut y trouver 65 variétés de miel de France et du monde ainsi que des produits à base de miel, comme la gamme de confitures créée en collaboration avec Stephan Perrotte, meilleur confiturier du monde 2015. Sans compromis sur la qualité, La Maison du Miel fournit les grands noms de la gastronomie et de la pâtisserie comme Sébastien Gaudard. Une adresse dont je reparlerais volontiers dans les mois à venir.

And in a totally unrelated field, I had the pleasure of being invited to the exhibition currently on show at Palais Garnier, Bakst: from the Ballets Russes to Haute Couture. It’s the chance to discover the work of a genious, painter, set and costume designer who had a great influence on the history of ballet and inspired designers like John Galliano. I loved staring at his opulent and detailed drawings of sets. You can see my pictures of the exhibition on Twitter (scroll down to November 21st). I will be back at Palais Garnier this month to see the program celebrating contemporary choreographer Jiri Kylian. And of course, I will not miss Swan Lake at Opera Bastille, my present to myself for the holidays!

Et dans un tout autre registre, j’ai eu le plaisir d’être invitée à l’inauguration de l’exposition Bakst, des Ballets Russes à la Haute Couture au Palais Garnier. L’occasion de (re)découvrir le travail d’un génie, peintre, décorateur et costumier qui par son style opulent a marqué l’histoire de la danse et inspiré des couturiers comme John Galliano. Ses incroyables dessins de décors sont en eux-mêmes une invitation au voyage. Vous pouvez voir les photos que j’ai prises sur mon compte Twitter le 21 novembre. Je retournerai au Palais Garnier ce mois-ci voir le programme célébrant le grand chorégraphe contemporain Kylian. Sans oublier Le Lac des Cygnes à l’Opéra Bastille, mon cadeau à moi-même pour les fêtes de fin d’année !

Buttons through the ages at the Musée des Arts Décoratifs

YSL button

The button tray from Yves Saint Laurent’s couture atelier

So you thought buttons were just a detail? The lovely exhibition Unbutton Fashion at the Musée des Arts Décoratifs will prove you wrong. Buttons held a central place in fashion history, revealed social positions (often higher class) and mirrored major social events. Some of them are like small jewels, not to mention miniature art pieces.

On peut penser que le bouton n’est qu’un détail. Détrompez-vous ! A travers la belle exposition Déboutonner La Mode au Musée des Arts Décoratifs, on apprend à quel point il a tenu une place centrale dans l’histoire de la mode. Symbole de codes sociaux, reflet des bouleversements de son époque, il a eu bien plus qu’un simple aspect fonctionnel. Certains sont même des petits bijoux quand ils ne sont pas carrément des œuvres d’art miniatures.

Comme d’habitude, le Musée des Arts Décoratifs a très bien fait les choses pour cette exposition de mode. Le parcours retrace l’histoire de cet ornement du 18ème au 20ème siècle avec des commentaires détaillés et pertinents. Les belles pièces (une centaine de vêtements et boutons) s’enchaînent sur deux étages. Bref, je vous recommande vivement la visite ! Pour ceux qui ne peuvent s’y rendre, voici quelques photos et commentaires.

Bouton Arts Décos 18ème 1

Bouton Arts Décos 18ème 2

Boutons Arts Décos Revolution

Bouton Arts Décos fin 18ème

Boutons Arts Décos Pierre précieuses

Buttons used to be exclusive to menswear. In the 18th century, they would decorate clothes as did embroideries and revealed the social position of the owner. After the French Revolution, buttons became miniature paintings. At the end of the century, menswear became more minimalistic and codified. However, buttons became true luxury objects and resembled jewelry.

Le bouton est d’abord une affaire d’hommes. Au 18ème siècle, il orne les vêtements des nobles et riches bourgeois, tels les broderies, et participe ainsi à définir les codes sociaux. A la Révolution, il devient tableau miniature. On change alors de bouton au gré de son humeur en choisissant le thème adéquat : nature, amour, paysage… A la fin 18ème siècle, on revient à plus de sobriété avec un port du vêtement très codifié. Ceux-ci peuvent être de véritables objets de luxe, empruntant à la joaillerie ses techniques et matières. 

Bouton Arts Décos Hussard 1

Bouton Arts Décos Hussard 2

Bouton Arts Décos 19ème

Under Napoleon’s reign, menswear became inspired by military uniforms and buttons took center stage. Afterwards, fashion became minimalistic again. Buttons then structured the silhouette and were seen as objects of refinement.

Vers 1808 sous le règne de Napoléon 1er, le vêtement masculin prend une inspiration militaire à la hussarde et le bouton revient au centre du vêtement. C’est tout le contraire qui se passe ensuite. Le vestiaire masculin se débarrasse du superflu pour plus de sobriété. Le bouton souligne alors la ligne et contribue au raffinement de la silhouette.

Bouton Arts Décos 19ème Femme

Arts Décos bouton japonisme

On the contrary, buttons appeared in womenswear inspired by English fashion. In the 1880s, they were positioned in the back and the help of a maid was necessary to get dressed. Button really exploded as an industry at the time, employing as far as 30,000 people. No wonder, as they were everywhere, from lingerie to shoes, and in great quantity. Under the influence of Art Nouveau, buttons became more precious and ornated clothes as jewels. When Paul Poiret liberated women from corsets in the 1910s, buttons structured the dresses and this fashion was dominant over the following decades.

A l’inverse, les boutons réapparaissent dans la mode féminine soumise à l’influence anglaise. Vers 1880, ils sont positionnés dans le dos, nécessitant l’aide d’une femme de chambre pour se vêtir. Pendant la seconde moitié du 19ème siècle, l’industrie du bouton se développe avec la révolution industrielle, allant jusqu’à employer 30 000 personnes. On trouve alors des catalogues entiers de modèles dans les premiers grands magasins. C’est que le bouton orne tout, même les sous-vêtements et les chaussures, et ce en grandes quantités. Sous l’influence du Japonisme et de l’Art nouveau, le bouton se fait plus précieux et devient un véritable ornement, comme un bijou. Dans les années 1910, Paul Poiret débarrasse les femmes du corset. C’est alors le bouton qui structure la silhouette et définit la structure de la robe. Cette tendance se poursuit dans les décennies suivantes.

Arts Décos Boutons noir blanc

With World War II and ensuing shortages, buttons lost their importance in fashion. They took center stage again in the 1950s with the golden age of haute couture, as ornaments of sophistication and refinement. Christian Dior would say that buttons “could even help to give a meaning to a dress”.

Avec la guerre et ses pénuries, le bouton perd de son importance. Il faudra attendre les années 1950 et le développement de la haute-couture pour qu’il retrouve de sa superbe. Les boutons prennent alors l’aspect de bijoux fantaisie. Christian Dior dira qu’ils « peuvent même aider à donner à une robe tout son sens ». Il contribue à faire oublier une époque difficile pour se plonger dans la sophistication, la féminité et le raffinement.

Bouton Arts Décos Christian Dior

Boutons Arts Décos Christian Dior robe rougeChristian Dior

Bouton Arts Décos ChanelChanel

Bouton Arts Décos BalenciagaBalenciaga

Boutons Arts Décos YSLYves Saint Laurent

Unbutton Fashion is on show at the Musée des Arts Décoratifs until July 19th.

Difficile de ne pas se laisser séduire par l’élégance du bouton après cette exposition que vous pouvez voir jusqu’au 19 juillet.