70 years of Christian Dior at Musée des Arts Décoratifs

Processed with VSCO with s2 preset

The house of Christian Dior is celebrating its 70th anniversary in a big way: a grand retrospective reuniting 300 haute couture gowns! On top of this impressive size, I loved how much I learned from this exhibition and that there is an emotional side in each room. You can feel through the dresses and archives the designers’ will to defend a certain vision of women, and therefore of life.

La maison Christian Dior célèbre son anniversaire avec une grandiose rétrospective. Au-delà de sa taille vertigineuse – 300 robes de haute couture ! – cette exposition m’a touchée par son aspect pédagogique et émotionnel. On sent à travers les pièces et documents d’archive un réel engagement personnel des couturiers, une vision de la femme à défendre. On s’extasie devant certaines robes comme devant un bijou, un poème.

Processed with VSCO with s1 preset

On a practical side, make sure you book your ticket online or else you might wait for over an hour outside. Note that for an additional 2€ you can visit the beautiful Musée Nissim de Camondo.

D’un point de vue pratique, je vous recommande d’acheter vos billets par Internet. Sans cela, vous risquez d’attendre 1h30 dehors. Notez que pour 2€ supplémentaires, vous pourrez visiter le beau Musée Nissim de Camondo en plus du Musée des Arts Décoratifs.

Processed with VSCO with s3 preset

The exhibition starts with a room dedicated to Christian Dior’s beginnings: his childhood in Normandy, his first drawings, his atelier on avenue Montaigne. In 1947, Dior opened his house with a bang: the New Look. Right after World War II when supplies were still scarce, skirts with an abundance of fabric were regarded as highly provocative and scandalous. “Mr Dior, we abhor your dresses to the floor”, read a demonstration sign in Chicago. Undeterred, Dior defended an elitist view on haute couture at a conference: he saw it as an avant-garde laboratory, an art for a selected group of women.

L’exposition commence par une salle dédiée aux débuts de Christian Dior : son enfance à Granville, ses premiers dessins, son installation avenue Montaigne, le tout joliment illustré d’archives. Le couturier s’impose dès 1947 par un souffle de transgression et d’avant-garde avec le tailleur Bar. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les réactions face à ces abondances de tissus sont parfois violentes, à Paris comme aux Etats-Unis. « Mr Dior, we abhor dresses to the floor », peut-on lire sur une pancarte. Cela ne dissuade pas Dior de poursuivre dans cette voie. Il défend une vision élitiste de la haute-couture lors d’une conférence à La Sorbonne : elle est pour lui un laboratoire de tendances, un art destiné aux happy few.

Processed with VSCO with s3 preset

Drawings by a young Christian Dior

The 2nd room is centered around a lesser known part of Christian Dior’s life. He was an art gallery owner from 1928 to 1934, exhibiting works from artists such as Picasso, Braque, Matisse, Cocteau, Dali, Giacometti and Calder. The financial crisis put an end to it but Dior remained inspired by art in his fashion. Such was the case for designers who succeeded him. John Galliano created a whole couture collection inspired by the Ballets Russes and Leon Bakst.  Raf Simons collaborated with Sterling Ruby.

La 2ème salle revient sur un aspect moins connu de la vie de Christian Dior. De 1928 à 1934, le couturier a dirigé une galerie d’art qui réunissait des œuvres de Picasso, Braque, Matisse, Cocteau, Dali, Giacometti et Calder. La crise met fin à cette aventure mais Dior y restera fidèle en incorporant des touches surréalistes dans sa couture par exemple. Il en est de même pour ses successeurs. John Galliano a créé une collection entière inspirée des Ballets Russes et Léon Bakst. Raf Simons a collaboré avec Sterling Ruby.

Processed with VSCO with s3 preset

Christian Dior Raf Simons Sterling Ruby

When Dior established his house, fashion photography was living its golden age. The designer was fond of this art: it allowed him to view his own work with a new eye. Richard Avedon’s Dovima with Elephants is certainly the most famous picture of a Dior dress. You can view both works in the exhibition.

La création de la maison Christian Dior coïncide avec l’âge d’or de la photographie de mode. Le couturier l’affectionne particulièrement : elle lui révèle un aspect nouveau de son travail. La photo Dovima with Elephants de Richard Avedon est certainement la plus célèbre d’une robe Dior ; on peut admirer les deux œuvres dans l’exposition.

Processed with VSCO with s2 preset

Princess Margaret by Cecil Beaton

The exhibition continues in a long and fun colorama corridor which brings Christian Dior’s dream to life: dressing women from head to toe. He was a visionary of the future of luxury with its system of licenses.

On passe ensuite dans un long couloir colorama qui donne vie au rêve de Christian Dior : celui d’habiller la femme de la tête aux pieds. En cela, il était un visionnaire de l’avenir du luxe et de son système de licences. On aperçoit au passage les chaussures créées par Roger Vivier pour la maison.

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

Next are rooms dedicated to the inspirations of Christian Dior and his successors: Paris with cocktail dresses, Versailles and the 18th century, travelling and exotic cultures.

La visite se poursuit avec les différentes inspirations de Christian Dior et de ses successeurs : Paris et ses robes de cocktails, Versailles et le 18ème siècle, le voyage et les cultures exotiques.

Processed with VSCO with s2 preset

 

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s3 preset

Christian Dior’s biggest inspiration though was flowers, and one of the most beautiful rooms of the exhibition is dedicated to them. “Flowers are the most divine creations after women.”, Dior would say. The New Look and its full skirt, the embroideries celebrated nature. A dress is covered with lily of the valley, Dior’s lucky charm. One with a large pink bow makes you want to stuff your nose into it as if it were a flower. Or to be a bee and get lost in it!

L’inspiration la plus évidente de Christian Dior fut cependant les fleurs, auxquelles est dédiée l’une des plus belles salles de l’exposition. Dior se plaisait à dire « Après la femme, les fleurs sont les créations les plus divines. » On retrouve leur empreinte dans le New Look et ses jupes amples, le travail de broderie. Une robe est couverte de muguet, porte-bonheur du couturier. Une robe au gros nœud rose donne envie d’y plonger le nez ou d’être une abeille qui la butine.

Processed with VSCO with s2 preset

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s1 preset

Fragrance was the finishing touch to a gown for Christian Dior. He launched Miss Dior in 1947 at his first couture show as a tribute to his sister who had been a resistant and deported to concentration camps. The original Miss Dior dress is on show with designs by Raf Simons and Maria Grazia Chiuri.

De la fleur au parfum il n’y a qu’un pas. Il représentait pour Dior la touche finale d’une robe. Dès 1947, il créé Miss Dior en hommage à sa sœur résistante et déportée. La salle dédiée à cette activité présente la robe Miss Dior montrée au défilé de 1947 et, en écho, des créations de Raf Simons et Maria Grazia Chiuri.

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s1 preset

We then pass on to the 2nd part of the exhibition. The iconic Bar suit greets us at the bottom of the stairs, as an introduction to a room showing how the silhouette inspired other designers like Nicolas Ghesquière for Louis Vuitton, Balenciaga and Alber Elbaz for Lanvin.

On passe ensuite à la 2ème partie de l’exposition. Le tailleur Bar trône devant les escaliers, en introduction à une pièce montrant à quel point il a inspiré d’autres créateurs dont Nicolas Ghesquière pour Louis Vuitton, Balenciaga et Alber Elbaz pour Lanvin.

Processed with VSCO with s2 preset

Successors of Christian Dior each have a room dedicated to their designs and vision: young Yves Saint Laurent and his trapeze silhouette, Marc Bohan inspired by Swinging London, Giofranco Ferré and his exuberance, John Galliano and his talent for storytelling with a hint of scandal, Raf Simons and his romanticism, Maria Grazia Chiuri, first female artistic director of the house.

Une suite de salles est dédiée aux successeurs de Christian Dior : Yves Saint Laurent et sa ligne trapèze, Marc Bohan et son inspiration du Swinging London, Giofranco Ferré et son exubérance, John Galliano et son talent du storytelling au parfum de scandale, Raf Simons et son romantisme, Maria Grazia Chiuri, première femme directrice artistique de la maison.

Processed with VSCO with s2 preset

Yves Saint Laurent for Christian Dior

An impressive display of atelier toiles then follows. In a corner, members from the Dior couture ateliers reply to the visitors’ questions. I thought this brought a lovely human touch to the exhibition.

Une pièce impressionnante met en scène les patrons des pièces couture. Dans un recoin, des membres de l’atelier Dior répondent aux questions des visiteurs. Une touche humaine très appréciée !

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

From white we pass on to black, red and gray as seen by the designers of Dior. I loved how timeless and elegant the designs are.

Du blanc on passe au noir, rouge et gris réinterprétés par les couturiers successifs de la maison. Je suis subjuguée par le chic intemporel et féminin.

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

The exhibition ends dramatically in the huge gallery of the Musée des Arts Décoratifs. More gowns than I could count, lights, music: you can only be amazed! Starting with a wall dedicated to the color gold (“or” in French) and J’Adore campaigns, you can then admire the ballgowns. And finally, gowns worn by celebrities on the red carpet bring a touch of Hollywood glamour.

L’exposition se termine en feu d’artifice dans l’immense nef du Musée des Arts Décoratifs. Abondance de robes du soir, jeux de lumière et musique : on ne peut qu’être émerveillé ! Partant d’un mur consacré à la couleur or et aux campagnes J’adore, on admire ensuite les robes de bal. C’est une touche de glamour hollywoodien qui finalise la visite avec les robes portées sur le tapis rouge.

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s1 preset

Processed with VSCO with s1 preset

Don’t miss this exhibition if you are in Paris. It is a true feast for the eyes and a celebration of one of the greatest couture houses in the history of fashion. Building on this heritage, we can wonder what the future has in store for the brand. It seems that the Dior house became much more conventional after Galliano’s departure. Where is the boldness which is historically part of the brand’s DNA?

En conclusion, ne ratez pas cette expo si vous êtes à Paris. Elégance, savoir-faire, beauté : cela ne peut que vous faire du bien ! Pour aller un peu plus loin dans l’analyse mode, on sent que la marque Christian Dior s’est considérablement, voire trop, assagie depuis le départ de John Galliano. Où sont l’audace et l’exubérance qui faisaient l’ADN de la maison ?

Buttons through the ages at the Musée des Arts Décoratifs

YSL button

The button tray from Yves Saint Laurent’s couture atelier

So you thought buttons were just a detail? The lovely exhibition Unbutton Fashion at the Musée des Arts Décoratifs will prove you wrong. Buttons held a central place in fashion history, revealed social positions (often higher class) and mirrored major social events. Some of them are like small jewels, not to mention miniature art pieces.

On peut penser que le bouton n’est qu’un détail. Détrompez-vous ! A travers la belle exposition Déboutonner La Mode au Musée des Arts Décoratifs, on apprend à quel point il a tenu une place centrale dans l’histoire de la mode. Symbole de codes sociaux, reflet des bouleversements de son époque, il a eu bien plus qu’un simple aspect fonctionnel. Certains sont même des petits bijoux quand ils ne sont pas carrément des œuvres d’art miniatures.

Comme d’habitude, le Musée des Arts Décoratifs a très bien fait les choses pour cette exposition de mode. Le parcours retrace l’histoire de cet ornement du 18ème au 20ème siècle avec des commentaires détaillés et pertinents. Les belles pièces (une centaine de vêtements et boutons) s’enchaînent sur deux étages. Bref, je vous recommande vivement la visite ! Pour ceux qui ne peuvent s’y rendre, voici quelques photos et commentaires.

Bouton Arts Décos 18ème 1

Bouton Arts Décos 18ème 2

Boutons Arts Décos Revolution

Bouton Arts Décos fin 18ème

Boutons Arts Décos Pierre précieuses

Buttons used to be exclusive to menswear. In the 18th century, they would decorate clothes as did embroideries and revealed the social position of the owner. After the French Revolution, buttons became miniature paintings. At the end of the century, menswear became more minimalistic and codified. However, buttons became true luxury objects and resembled jewelry.

Le bouton est d’abord une affaire d’hommes. Au 18ème siècle, il orne les vêtements des nobles et riches bourgeois, tels les broderies, et participe ainsi à définir les codes sociaux. A la Révolution, il devient tableau miniature. On change alors de bouton au gré de son humeur en choisissant le thème adéquat : nature, amour, paysage… A la fin 18ème siècle, on revient à plus de sobriété avec un port du vêtement très codifié. Ceux-ci peuvent être de véritables objets de luxe, empruntant à la joaillerie ses techniques et matières. 

Bouton Arts Décos Hussard 1

Bouton Arts Décos Hussard 2

Bouton Arts Décos 19ème

Under Napoleon’s reign, menswear became inspired by military uniforms and buttons took center stage. Afterwards, fashion became minimalistic again. Buttons then structured the silhouette and were seen as objects of refinement.

Vers 1808 sous le règne de Napoléon 1er, le vêtement masculin prend une inspiration militaire à la hussarde et le bouton revient au centre du vêtement. C’est tout le contraire qui se passe ensuite. Le vestiaire masculin se débarrasse du superflu pour plus de sobriété. Le bouton souligne alors la ligne et contribue au raffinement de la silhouette.

Bouton Arts Décos 19ème Femme

Arts Décos bouton japonisme

On the contrary, buttons appeared in womenswear inspired by English fashion. In the 1880s, they were positioned in the back and the help of a maid was necessary to get dressed. Button really exploded as an industry at the time, employing as far as 30,000 people. No wonder, as they were everywhere, from lingerie to shoes, and in great quantity. Under the influence of Art Nouveau, buttons became more precious and ornated clothes as jewels. When Paul Poiret liberated women from corsets in the 1910s, buttons structured the dresses and this fashion was dominant over the following decades.

A l’inverse, les boutons réapparaissent dans la mode féminine soumise à l’influence anglaise. Vers 1880, ils sont positionnés dans le dos, nécessitant l’aide d’une femme de chambre pour se vêtir. Pendant la seconde moitié du 19ème siècle, l’industrie du bouton se développe avec la révolution industrielle, allant jusqu’à employer 30 000 personnes. On trouve alors des catalogues entiers de modèles dans les premiers grands magasins. C’est que le bouton orne tout, même les sous-vêtements et les chaussures, et ce en grandes quantités. Sous l’influence du Japonisme et de l’Art nouveau, le bouton se fait plus précieux et devient un véritable ornement, comme un bijou. Dans les années 1910, Paul Poiret débarrasse les femmes du corset. C’est alors le bouton qui structure la silhouette et définit la structure de la robe. Cette tendance se poursuit dans les décennies suivantes.

Arts Décos Boutons noir blanc

With World War II and ensuing shortages, buttons lost their importance in fashion. They took center stage again in the 1950s with the golden age of haute couture, as ornaments of sophistication and refinement. Christian Dior would say that buttons “could even help to give a meaning to a dress”.

Avec la guerre et ses pénuries, le bouton perd de son importance. Il faudra attendre les années 1950 et le développement de la haute-couture pour qu’il retrouve de sa superbe. Les boutons prennent alors l’aspect de bijoux fantaisie. Christian Dior dira qu’ils « peuvent même aider à donner à une robe tout son sens ». Il contribue à faire oublier une époque difficile pour se plonger dans la sophistication, la féminité et le raffinement.

Bouton Arts Décos Christian Dior

Boutons Arts Décos Christian Dior robe rougeChristian Dior

Bouton Arts Décos ChanelChanel

Bouton Arts Décos BalenciagaBalenciaga

Boutons Arts Décos YSLYves Saint Laurent

Unbutton Fashion is on show at the Musée des Arts Décoratifs until July 19th.

Difficile de ne pas se laisser séduire par l’élégance du bouton après cette exposition que vous pouvez voir jusqu’au 19 juillet.