Tag Archives: shoes

The ballerina dilemna

Ballerina Lanvin Repetto

I love ballerinas. I really do. Their grace, strength and dedication to their art never fail to touch me. I am too much of a bad dancer to even dream of becoming one so I will be content with the type of ballerinas that you can wear on your feet.

Repetto ballerina front

I have bought these black Repetto Cendrillon ballerinas over and over again for years. It’s a simple model appropriate for every occasion. Do you know the history of the brand? Rose Repetto created her first ballet shoes in 1947 under the advice of her son Roland Petit, a major choreographer. In 1956, Rose created the Cendrillon ballerina on Brigitte Bardot’s request and this pair of shoes became famous when the actress wore them in the cult movie …And God Created Woman.

Repetto Bon MarchéRepetto at Le Bon Marché

Repetto rue du Four Paris storeRepetto boutique on rue du Four in Paris

Repetto became the supplier of the greatest dancers. The brand now represents French style around the world and remains loyal to its ballet heritage with beautiful stores full of tutus and pointe shoes. Actually, Repetto launched its first fragrance today; you can view the ad featuring Paris Opera Ballet étoile dancer Dorothée Gilbert here.

Repetto ballerina side

Repetto ballerina sole

I just have one little problem with my Repettos: I walk around Paris a lot and after one year, this is how the soles look. Not good… Yet I remained faithful to Repetto. Until one day…

Lanvin ballerina bag

I was at looking at the Lanvin shoes at the Bon Marché. I have loved their ballerinas for years but had never seriously considered buying a pair because of their much higher price. Anyway, the sales assistant convinced me to try them. Because trying doesn’t mean buying, right? I put them on, walked a few steps… and I was sold.

Lanvin ballerina front

The Lanvin ballerinas’ level of comfort is incredibly superior to Repetto’s: the soles are reinforced with a cushion that makes me feel like I could walk for hours whereas Repettos give you the impression you are barefoot on the hard ground. The Lanvin’s tight rubber band at the heel did hurt a little at first but now that my feet are used to them it’s all good.

Lanvin ballerina side

As I said, Lanvin is more pricey than Repetto but so much more comfortable and seemingly more solid. The Lanvin sales assistant told me that the ballerinas last at least 2 years (compared to about 1 year for Repetto) so they should actually be a better deal.

???????????????????????????????

One thing I will remain loyal to Repetto for is the Zizi model. Created for Roland Petit’s wife Zizi Jeanmaire, this model was Serge Gainsbourg’s favorite. I love its masculine style and wear it with everything, all year round, dressed up or dressed down. I had my first pair for 2 years before I had to buy another one.

???????????????????????????????

Are you a ballerina girl? Is there a brand you favor? My friend Hannah-Rose from Capture the Castle has raved about Porselli; have you ever tried those?

???????????????????????????????

J’adore les ballerines. Leur grâce, leur force et leur dévouement entier à leur art m’émeuvent à tous les coups. Moi, je suis la pire danseuse du monde alors je me contente des ballerines portées au pied.

Ces Repetto Cendrillon noir, je les rachète depuis des années. C’est un modèle tout simple qui va avec tout pour toutes les occasions. Connaissez-vous l’histoire de la marque ? Rose Repetto a créé ses premières chaussures de danse en 1947 dans son atelier près de l’Opéra de Paris, sur les conseils de son fils le grand chorégraphe Roland Petit. En 1956, Brigitte Bardot lui commande le modèle Cendrillon qu’elle porte dans le film Et Dieu… Créa la femme. Et c’est ainsi que la petite ballerine devient culte. Repetto a été le fournisseur des plus grands danseurs. La marque représente aujourd’hui le style français à travers le monde et reste fidèle à la danse avec des belles boutiques remplies de pointes et tutus. D’ailleurs, Repetto a lancé son premier parfum aujourd’hui avec un film publicitaire mettant en scène la danseuse étoile Dorothée Gilbert. J’ai juste un petit problème avec mes Repettos : je marche beaucoup et au bout d’un an, voici l’état des semelles. Pas très joli tout ça… Et pourtant je suis restée fidèle à Repetto, jusqu’au jour où…

Je regardais les chaussures Lanvin au Bon Marché. J’aimais leurs ballerines depuis longtemps sans avoir l’intention d’acheter une paire à cause de leur prix. Remarquant mon intérêt, le vendeur m’encouragea à les essayer. Parce qu’essayer n’engage à rien, n’est-ce pas ? Je les enfilai, fit quelque pas… et n’ai pas résisté. Les ballerines Lanvin ont un niveau de confort bien supérieur aux Repetto. Leurs semelles sont renforcées d’un coussin grâce auquel j’ai l’impression de pouvoir marcher pendant des heures, alors qu’avec les Repetto c’est presque comme si j’étais pieds nus sur le sol dur. L’élastique serré des Lanvin m’a fait mal au début à l’arrière des chevilles mais maintenant tout va bien. Comme je l’ai dit, les Lanvin sont plus chères que les Repetto mais beaucoup plus confortables et d’apparence plus solide. D’après le vendeur de Lanvin, les ballerines durent au moins 2 ans (contre environ 1 an pour Repetto) alors au final elles devraient être une bonne affaire.

Je reste cependant fidèle à Repetto pour les Zizi. Créées pour Zizi Jeanmaire, la femme de Roland Petit, ce modèle était le préféré de Serge Gainsbourg. J’aime beaucoup son côté masculin et le porte avec tout, toute l’année, habillée ou décontractée. J’ai eu ma première paire il y a 2 ans avant de devoir en racheter une.

Aimez-vous les ballerines ? Avez-vous une marque préférée ? Ma copine Hannah-Rose de Capture the Castle adore les Porselli ; avez-vous déjà acheté cette marque ?

19 Comments

Filed under Personal style

The Berluti bespoke shoes workshop

Berluti shoes

LVMH’s “Journées Particulières” were a massive hit this past weekend in Paris. For the second year, the luxury group welcomed the public in its ateliers. When bookings opened a few weeks ago, invitations were gone within minutes. People without one had to queue for 5 long hours at Dior. Today I will tell you about my first visit: the Berluti made-to-measure shoes workshop. Please excuse the poor quality of some of the pictures: cameras were forbidden and security was tight but I did manage to capture some moments!

???????????????????????????????

Berluti shoes Marbeuf

Berluti shoes models

The Berluti workshop is located in an apartment close to the store in the Champs-Elysées area. The house is renowned for its shoes created entirely by hand: their proportions fit the client’s feet exactly and the designs are personalized according to his wishes. The 12 craftsmen work with an extreme attention to detail, which comes to no surprise when you know that 50 hours are necessary to make a pair of shoes. Be prepared to empty your wallet: prices start at 4,800 €. It’s a luxury Yves Saint Laurent and Andy Warhol indulged in.

Berluti shoes salon

The visit started in the fitting room where the client and the master shoemaker first meet. Both work hand in hand to design the shoe: the shoemaker takes the measurements of the client’s feet and advises him in his choice of design and leather. Berluti owns a wide range of luxurious skins such as crocodile, ostrich, elephant and shagreen.

Berluti shoes ébauchage

After this first meeting, the craftsman carves the wooden lasts with the tool in the picture according to the client’s measurements. The lasts are a base for the whole production process and are then stocked in the archives.

Berluti shoes atelier

The shoemaker then draws the pattern of the design and cuts the leather pieces of the shoe. This material can be embroidered and holes punched with a metallic tool. (Clients often ask for their initials to be visible on their precious shoes.) Over a second meeting, the client tries on a model to make sure he is satisfied with the design and comfort.

Berluti shoes assembly

The assembly is the most technical and lengthy process (30 hours!). The leather top of the shoes is sewn to the soles. This is quite a physical part for the shoemakers’ hands: they were actually wearing lots of bandages to protect them. After the heels are added, the order number and Berluti logo are stamped in the leather. As a final touch, a craftsman applies the patina, creating the Venezia leather the brand is famous for. The shoes are then delivered to the client over a third meeting. In all, it takes 6 to 9 months to create a pair of Berluti shoes.

Berluti shoes patinage

When I left the workshop, I thought I had just witnessed a secret form of haute-couture. Given how luxurious the materials are and how everything is done by hand, I think I might be scared to walk in these shoes for fear of damaging them! In my next post, I will show you around a much more feminine place: the Dior salons on avenue Montaigne. A bientôt!

Update: you can see my pictures and review of the Dior couture salons here.

Berluti shoes atelier detail

Grand succès pour les Journées Particulières de LVMH le weekend dernier ! Le géant du luxe ouvrait les portes de ses ateliers au public et les invitations se sont arrachées sur Internet. Pour ceux qui n’en n’avaient pas, il y avait jusqu’à 5 heures d’attente chez Dior. J’ai eu la chance de me rendre dans ces salons mais c’est mon autre visite que je vais vous raconter aujourd’hui : les ateliers de fabrication des souliers sur mesure Berluti. Les photos étaient interdites alors elles ne sont pas de la meilleure qualité ; cela vous donnera quand même un aperçu !

Les ateliers Berluti sont situés près des Champs-Elysées dans un appartement, à quelques pas de la boutique. La maison est réputée pour ses souliers entièrement faits à la main : les proportions collent exactement à celles du client et les modèles sont personnalisés selon ses souhaits. Les 12 artisans apportent un soin extrême à la fabrication, si bien qu’une paire demande entre 50 et 70 heures de travail. Cette qualité se paie : il vous faudra débourser au moins 4800 € pour vos souliers Berluti. Mais vous aurez le luxe d’avoir le même fournisseur qu’Yves Saint Laurent et Andy Warhol.

La visite a commencé dans le salon où a lieu la première rencontre entre le maître-bottier et le client. Il s’agit d’un véritable travail à 4 mains : le bottier prend les mesures des pieds et conseille le client dans ses choix esthétiques, notamment sur le cuir. Berluti dispose d’une multitude de peaux précieuses : crocodile, autruche, éléphant, galuchat…

Après ce rendez-vous, l’artisan sculpte la forme du pied du client dans du bois avec la machine que vous pouvez voir dans la photo, puis la lisse avec un outil. Cette forme servira de base tout au long de la fabrication et sera conservée dans les archives. Les artisans dessinent ensuite le patron du modèle et découpent les multiples pièces du soulier dans le cuir. Cette matière peut être brodée et travaillée en détail : des perforations sont faites à la main avec un outil en métal. (Les clients demandent souvent que leurs initiales figurent sur leurs précieux souliers.) Lors d’un 2ème rendez-vous, le client essaie une maquette pour valider l’esthétique et évaluer le niveau de confort.

On peut alors passer au montage. C’est l’étape la plus longue (30 heures !) et la plus technique. La partie supérieure en cuir est cousue à semelle avec du fil de lin. Ce travail est assez physique pour la main des artisans : ils portent de nombreux pansements pour les protéger. Après l’ajout des talons, c’est le bichonnage : le numéro de la commande et la marque Berluti sont frappés sur la semelle. Touche finale : le patinage où l’on obtient le cuir Venezia, signature de la maison. Les souliers sont alors livrés au client lors du 3ème rendez-vous qui a lieu 6 à 9 mois après la prise de ses mesures.

Que de travail pour des souliers ! C’est vraiment de la haute-couture des pieds. Mon prochain billet sera dédié à ma visite des salons Dior. A bientôt !

Update : vous pouvez maintenant voir mon billet sur ma visite des salons Dior ici.

4 Comments

Filed under Fashion