Tag Archives: Musée des Arts Décoratifs

Buttons through the ages at the Musée des Arts Décoratifs

YSL button

The button tray from Yves Saint Laurent’s couture atelier

So you thought buttons were just a detail? The lovely exhibition Unbutton Fashion at the Musée des Arts Décoratifs will prove you wrong. Buttons held a central place in fashion history, revealed social positions (often higher class) and mirrored major social events. Some of them are like small jewels, not to mention miniature art pieces.

On peut penser que le bouton n’est qu’un détail. Détrompez-vous ! A travers la belle exposition Déboutonner La Mode au Musée des Arts Décoratifs, on apprend à quel point il a tenu une place centrale dans l’histoire de la mode. Symbole de codes sociaux, reflet des bouleversements de son époque, il a eu bien plus qu’un simple aspect fonctionnel. Certains sont même des petits bijoux quand ils ne sont pas carrément des œuvres d’art miniatures.

Comme d’habitude, le Musée des Arts Décoratifs a très bien fait les choses pour cette exposition de mode. Le parcours retrace l’histoire de cet ornement du 18ème au 20ème siècle avec des commentaires détaillés et pertinents. Les belles pièces (une centaine de vêtements et boutons) s’enchaînent sur deux étages. Bref, je vous recommande vivement la visite ! Pour ceux qui ne peuvent s’y rendre, voici quelques photos et commentaires.

Bouton Arts Décos 18ème 1

Bouton Arts Décos 18ème 2

Boutons Arts Décos Revolution

Bouton Arts Décos fin 18ème

Boutons Arts Décos Pierre précieuses

Buttons used to be exclusive to menswear. In the 18th century, they would decorate clothes as did embroideries and revealed the social position of the owner. After the French Revolution, buttons became miniature paintings. At the end of the century, menswear became more minimalistic and codified. However, buttons became true luxury objects and resembled jewelry.

Le bouton est d’abord une affaire d’hommes. Au 18ème siècle, il orne les vêtements des nobles et riches bourgeois, tels les broderies, et participe ainsi à définir les codes sociaux. A la Révolution, il devient tableau miniature. On change alors de bouton au gré de son humeur en choisissant le thème adéquat : nature, amour, paysage… A la fin 18ème siècle, on revient à plus de sobriété avec un port du vêtement très codifié. Ceux-ci peuvent être de véritables objets de luxe, empruntant à la joaillerie ses techniques et matières. 

Bouton Arts Décos Hussard 1

Bouton Arts Décos Hussard 2

Bouton Arts Décos 19ème

Under Napoleon’s reign, menswear became inspired by military uniforms and buttons took center stage. Afterwards, fashion became minimalistic again. Buttons then structured the silhouette and were seen as objects of refinement.

Vers 1808 sous le règne de Napoléon 1er, le vêtement masculin prend une inspiration militaire à la hussarde et le bouton revient au centre du vêtement. C’est tout le contraire qui se passe ensuite. Le vestiaire masculin se débarrasse du superflu pour plus de sobriété. Le bouton souligne alors la ligne et contribue au raffinement de la silhouette.

Bouton Arts Décos 19ème Femme

Arts Décos bouton japonisme

On the contrary, buttons appeared in womenswear inspired by English fashion. In the 1880s, they were positioned in the back and the help of a maid was necessary to get dressed. Button really exploded as an industry at the time, employing as far as 30,000 people. No wonder, as they were everywhere, from lingerie to shoes, and in great quantity. Under the influence of Art Nouveau, buttons became more precious and ornated clothes as jewels. When Paul Poiret liberated women from corsets in the 1910s, buttons structured the dresses and this fashion was dominant over the following decades.

A l’inverse, les boutons réapparaissent dans la mode féminine soumise à l’influence anglaise. Vers 1880, ils sont positionnés dans le dos, nécessitant l’aide d’une femme de chambre pour se vêtir. Pendant la seconde moitié du 19ème siècle, l’industrie du bouton se développe avec la révolution industrielle, allant jusqu’à employer 30 000 personnes. On trouve alors des catalogues entiers de modèles dans les premiers grands magasins. C’est que le bouton orne tout, même les sous-vêtements et les chaussures, et ce en grandes quantités. Sous l’influence du Japonisme et de l’Art nouveau, le bouton se fait plus précieux et devient un véritable ornement, comme un bijou. Dans les années 1910, Paul Poiret débarrasse les femmes du corset. C’est alors le bouton qui structure la silhouette et définit la structure de la robe. Cette tendance se poursuit dans les décennies suivantes.

Arts Décos Boutons noir blanc

With World War II and ensuing shortages, buttons lost their importance in fashion. They took center stage again in the 1950s with the golden age of haute couture, as ornaments of sophistication and refinement. Christian Dior would say that buttons “could even help to give a meaning to a dress”.

Avec la guerre et ses pénuries, le bouton perd de son importance. Il faudra attendre les années 1950 et le développement de la haute-couture pour qu’il retrouve de sa superbe. Les boutons prennent alors l’aspect de bijoux fantaisie. Christian Dior dira qu’ils « peuvent même aider à donner à une robe tout son sens ». Il contribue à faire oublier une époque difficile pour se plonger dans la sophistication, la féminité et le raffinement.

Bouton Arts Décos Christian Dior

Boutons Arts Décos Christian Dior robe rougeChristian Dior

Bouton Arts Décos ChanelChanel

Bouton Arts Décos BalenciagaBalenciaga

Boutons Arts Décos YSLYves Saint Laurent

Unbutton Fashion is on show at the Musée des Arts Décoratifs until July 19th.

Difficile de ne pas se laisser séduire par l’élégance du bouton après cette exposition que vous pouvez voir jusqu’au 19 juillet.

Leave a comment

Filed under Fashion exhibitions

A history of underwear in Paris

Corset blue

Undergarments in all shapes and forms have taken over the Musée des Arts Décoratifs in Paris. La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette (The mechanisms of underwear, an inquisitive history of the figure) leads us through the fascinating history of underwear with 200 looks ranging from the 14th century to today.

Mécanique des dessous Arts Décos

What struck me throughout this exhibition was how women’s bodies were deformed artificially, exaggeratedly and sometimes painfully by fashion to attain the beauty ideal of their time. Breasts pressed, waists strangled by corsets, legs imprisoned by panniers, bottoms adorned with bustles… Even though these “instruments of torture” hold a certain beauty of their own, you will leave the museum with a renewed love for your bras and panties.

Iron corset

Renaissance armour

Just look at this iron corset from the Renaissance. Can you imagine spending a whole day with your torso in a heavy metal cage? As for Monsieur, it was of utmost importance for him to show off his virility with protruding codpieces. I have to admit this armor made me smile and is very popular with visitors.

Stays 1

Stays 2

The figure of the 18th century woman was entirely remodeled. The stays created a V-shaped upper torso with breasts raised and midriffs tightened. Meanwhile, panniers restrained their liberty of movement and could reach ridiculous widths.

Robe à la française 1760Robe à l'anglaise 1785Pannier extreme

These undergarments were worn by women of bourgeois and noble class. After the 1789 French Revolution, they became symbols of a shameful past and disappeared from fashion. Napoleon took the reins of the country and so did the much more fluid Empire silhouette.

Puff sleeves

In the 1820s, puff sleeves came in fashion. I naively thought they were just big sleeves but it turns out women wore these underwear for arms to make them extra puffy.

Silhouette sablierPanniers

Monarchy returned to power in France, and so did the corsets and panniers.

Corset red

This beautiful corset from the 1860s-1870s allowed women to have an hour-glass figure with raised breasts and round hips.

Bustle 1881

Bustle

Bustle support

In the 1880s, the bustle gave women a “right angle” silhouette (or if you want to be mean, a goose silhouette). This shape combined with the corset accentuating the bosom and waist created a highly idealized representation of female sexual identity both exaggerated and concealed by the undergarments.

Bras 1910

The 1910s saw the rise of the active woman compelled to change her role in society by World War I. Great designers such as Paul Poiret and Coco Chanel liberated the female body from the corset. And that’s when bras entered the stage. But they did not enhance the breasts yet. On the contrary, they tended to compress them. In 1947 Christian Dior created a New Look that enhanced a thin waist and torso with round hips. Underwear then became much more structured.

Bras 1950

Vivianne Westwood

The history of underwear as a deforming item inspired contemporary designers such as Vivianne Westwood, Alexander McQueen and Dolce e Gabbana just to name a few.

The exhibition runs through November 24th. If you’re interested in knowing more about the history of fashion, I recommend you have a look at the Arts Décos’s past exhibition Fashioning Fashion which really completes this one.

And if you love lingerie, so does my friend Sarah from Style on the Couch who publishes Friday Lingerie Lust posts every Friday.

Alexander McQueen Dolce e Gabbana

Les sous-vêtements en tous genres ont envahi le Musée des Arts décoratifs. L’expo La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette présente à travers 200 silhouettes du 14ème siècle à nos jours l’histoire passionnante des dessous jusqu’au 24 novembre. Ce qui m’a marquée  dans cette expo, c’est à quel point le corps des femmes a été déformé de façon artificielle, exagérée, voir douloureuse par la mode afin de coller aux canons de beauté de chaque époque. Poitrine comprimée ou rehaussée, taille étranglée, jambes prisonnières des crinolines, fesses ornées… Malgré l’esthétique de certains « instruments de torture », on ressort de là avec un amour renouvelé pour notre tandem soutien-gorge + culotte.

Regardez ce corset de fer de la Renaissance. Vous imaginez passer une journée entière avec le buste en cage ? Quant aux messieurs, ils cherchaient à tout prix à montrer leur virilité par des braguettes proéminentes. Je dois vous avouer que cette armure m’a fait sourire et qu’elle a beaucoup de succès auprès du public.

Les femmes du 18ème siècle ont une silhouette entièrement remodelée. Le corps à baleine resserre le buste et étrangle la taille par un savant jeu de laçage, alors que les paniers des jupes entravent leur liberté de mouvement. Ces vêtements réservés à une classe aisée imposent au corps féminin une certaine démarche et maintien. Avec la Révolution, on se débarrasse de ces carcans représentant un temps révolu et les femmes adoptent la silhouette Empire, beaucoup plus fluide.

Dans les années 1820, c’est la mode des manches ballon. Je croyais naïvement que ce n’était que des grosses manches. Et non, les femmes portaient ces accessoires semblables aux bouées de piscine de notre enfance pour qu’elles soient vraiment bien gonflantes. Avec le retour monarchie en France, on revient à la mode des corsets et paniers. Ces corsets datant de 1860-1870 permettent aux femmes d’avoir une taille de guêpe avec des hanches arrondies et des seins rehaussés. Dans les années 1880, c’est le règne de la tournure ou « queue d’écrevisse ». Elle donne aux femmes une silhouette à angle droit (ou une « silhouette d’oie » diront les mauvaises langues).

Les années 1910 voient l’arrivée de la femme active accéléré par la Première Guerre Mondiale. De grands couturiers comme Poiret et Coco Chanel libèrent le corps du corset. C’est là que le soutien-gorge fait son entrée sur scène. Mais attention, on ne met pas encore en valeur les seins. On a même tendance à les cacher dans des brassières qui les compriment. Avec le New Look en 1947, Christian Dior met en avant une taille fine avec un buste étroit et des hanches arrondies. Les dessous sont alors très structurés.

L’histoire des dessous en tant qu’élément déformateur a inspiré de nombreux créateurs contemporains comme Vivianne Westwood, Alexander McQueen et Dolce e Gabbana.

Je vous conseille de jeter un œil à mon article sur l’expo Fashioning Fashion des Arts Décos qui complète vraiment bien celle-ci. Et si vous aimez la lingerie, ça tombe bien, mon amie Sarah de Style on the Couch l’est aussi et elle publie chaque vendredi un article dédié à ce thème.

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions