Tag Archives: Musée des Arts Décoratifs

A history of underwear in Paris

Corset blue

Undergarments in all shapes and forms have taken over the Musée des Arts Décoratifs in Paris. La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette (The mechanisms of underwear, an inquisitive history of the figure) leads us through the fascinating history of underwear with 200 looks ranging from the 14th century to today.

Mécanique des dessous Arts Décos

What struck me throughout this exhibition was how women’s bodies were deformed artificially, exaggeratedly and sometimes painfully by fashion to attain the beauty ideal of their time. Breasts pressed, waists strangled by corsets, legs imprisoned by panniers, bottoms adorned with bustles… Even though these “instruments of torture” hold a certain beauty of their own, you will leave the museum with a renewed love for your bras and panties.

Iron corset

Renaissance armour

Just look at this iron corset from the Renaissance. Can you imagine spending a whole day with your torso in a heavy metal cage? As for Monsieur, it was of utmost importance for him to show off his virility with protruding codpieces. I have to admit this armor made me smile and is very popular with visitors.

Stays 1

Stays 2

The figure of the 18th century woman was entirely remodeled. The stays created a V-shaped upper torso with breasts raised and midriffs tightened. Meanwhile, panniers restrained their liberty of movement and could reach ridiculous widths.

Robe à la française 1760Robe à l'anglaise 1785Pannier extreme

These undergarments were worn by women of bourgeois and noble class. After the 1789 French Revolution, they became symbols of a shameful past and disappeared from fashion. Napoleon took the reins of the country and so did the much more fluid Empire silhouette.

Puff sleeves

In the 1820s, puff sleeves came in fashion. I naively thought they were just big sleeves but it turns out women wore these underwear for arms to make them extra puffy.

Silhouette sablierPanniers

Monarchy returned to power in France, and so did the corsets and panniers.

Corset red

This beautiful corset from the 1860s-1870s allowed women to have an hour-glass figure with raised breasts and round hips.

Bustle 1881

Bustle

Bustle support

In the 1880s, the bustle gave women a “right angle” silhouette (or if you want to be mean, a goose silhouette). This shape combined with the corset accentuating the bosom and waist created a highly idealized representation of female sexual identity both exaggerated and concealed by the undergarments.

Bras 1910

The 1910s saw the rise of the active woman compelled to change her role in society by World War I. Great designers such as Paul Poiret and Coco Chanel liberated the female body from the corset. And that’s when bras entered the stage. But they did not enhance the breasts yet. On the contrary, they tended to compress them. In 1947 Christian Dior created a New Look that enhanced a thin waist and torso with round hips. Underwear then became much more structured.

Bras 1950

Vivianne Westwood

The history of underwear as a deforming item inspired contemporary designers such as Vivianne Westwood, Alexander McQueen and Dolce e Gabbana just to name a few.

The exhibition runs through November 24th. If you’re interested in knowing more about the history of fashion, I recommend you have a look at the Arts Décos’s past exhibition Fashioning Fashion which really completes this one.

And if you love lingerie, so does my friend Sarah from Style on the Couch who publishes Friday Lingerie Lust posts every Friday.

Alexander McQueen Dolce e Gabbana

Les sous-vêtements en tous genres ont envahi le Musée des Arts décoratifs. L’expo La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette présente à travers 200 silhouettes du 14ème siècle à nos jours l’histoire passionnante des dessous jusqu’au 24 novembre. Ce qui m’a marquée  dans cette expo, c’est à quel point le corps des femmes a été déformé de façon artificielle, exagérée, voir douloureuse par la mode afin de coller aux canons de beauté de chaque époque. Poitrine comprimée ou rehaussée, taille étranglée, jambes prisonnières des crinolines, fesses ornées… Malgré l’esthétique de certains « instruments de torture », on ressort de là avec un amour renouvelé pour notre tandem soutien-gorge + culotte.

Regardez ce corset de fer de la Renaissance. Vous imaginez passer une journée entière avec le buste en cage ? Quant aux messieurs, ils cherchaient à tout prix à montrer leur virilité par des braguettes proéminentes. Je dois vous avouer que cette armure m’a fait sourire et qu’elle a beaucoup de succès auprès du public.

Les femmes du 18ème siècle ont une silhouette entièrement remodelée. Le corps à baleine resserre le buste et étrangle la taille par un savant jeu de laçage, alors que les paniers des jupes entravent leur liberté de mouvement. Ces vêtements réservés à une classe aisée imposent au corps féminin une certaine démarche et maintien. Avec la Révolution, on se débarrasse de ces carcans représentant un temps révolu et les femmes adoptent la silhouette Empire, beaucoup plus fluide.

Dans les années 1820, c’est la mode des manches ballon. Je croyais naïvement que ce n’était que des grosses manches. Et non, les femmes portaient ces accessoires semblables aux bouées de piscine de notre enfance pour qu’elles soient vraiment bien gonflantes. Avec le retour monarchie en France, on revient à la mode des corsets et paniers. Ces corsets datant de 1860-1870 permettent aux femmes d’avoir une taille de guêpe avec des hanches arrondies et des seins rehaussés. Dans les années 1880, c’est le règne de la tournure ou « queue d’écrevisse ». Elle donne aux femmes une silhouette à angle droit (ou une « silhouette d’oie » diront les mauvaises langues).

Les années 1910 voient l’arrivée de la femme active accéléré par la Première Guerre Mondiale. De grands couturiers comme Poiret et Coco Chanel libèrent le corps du corset. C’est là que le soutien-gorge fait son entrée sur scène. Mais attention, on ne met pas encore en valeur les seins. On a même tendance à les cacher dans des brassières qui les compriment. Avec le New Look en 1947, Christian Dior met en avant une taille fine avec un buste étroit et des hanches arrondies. Les dessous sont alors très structurés.

L’histoire des dessous en tant qu’élément déformateur a inspiré de nombreux créateurs contemporains comme Vivianne Westwood, Alexander McQueen et Dolce e Gabbana.

Je vous conseille de jeter un œil à mon article sur l’expo Fashioning Fashion des Arts Décos qui complète vraiment bien celle-ci. Et si vous aimez la lingerie, ça tombe bien, mon amie Sarah de Style on the Couch l’est aussi et elle publie chaque vendredi un article dédié à ce thème.

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions

Fashioning Fashion exhibition in Paris: European style from 1715 to 1900

???????????????????????????????

One of my favorite museums in Paris, the Musée des Arts Décoratifs, is organizing the beautiful exhibition Fashioning Fashion until April 14th. Initiated by the LACMA in Los Angeles, this show presents the evolution of European style from 1715 to 1900 with more than 100 looks. A fascinating travel in the past and a true feast for the eyes!

???????????????????????????????

I was surprised by the magnificence of the embroideries, the number of layers worn to create one look and the sophistication of the clothes in general. Dressing oneself seemed to be a complicated affair, especially for women, and little details could reveal the social status of a person. Embroiderers, hatters and corset-makers were once popular trades.

???????????????????????????????

The exhibition is organized chronologically, bringing us to the magnificent clothes of the 18th century right at the entrance. At the time, there was a huge interest in the Far East, hence the embroideries on silk inspired by China and India. This dressing gown looked like a kimono; an interesting inspiration for nowadays too!

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The enormous skirts made me smile. I hope the doors were large enough in the castles for the ladies to go from one room to another!

???????????????????????????????

After the French Revolution and with Napoleon came another time and therefore another style. Beautiful romantic dresses with Empire waists were in fashion, with their cotton coming from India and cashmere shawls inspired by Egypt.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

(Unfortunately for women) the romantic style took over in 1820 with balloon-like sleeves. Men were inspired by British dandies.

???????????????????????????????

Clothes worn in the European courts were heavily embroidered such as this gown worn by the Queen of Portugal in 1840.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

This dress made me think of The Lady of the Camellias, which I was reading at the time. I really loved the novel and look forward to seeing the ballet adaptation at the Paris Opera in September.

???????????????????????????????

I’m not sure I would have liked to be a woman in the 19th century when I see the cage-like crinolines they had to wear. And I wonder how they could breathe with such tight corsets!

???????????????????????????????

Fashioning Fashion faux-cul

???????????????????????????????

These “instruments of torture” are relevant to the social condition of women at the time. Their restrained liberty of movement reflected their poor amount of liberty in general, even though travel and leisure were developing quickly along with industrialization.

Fashioning Fashion S

At the beginning of the 20th century, S-shaped silhouettes were popular (and backs probably painful and not too happy): extra-tight corsets and high-heeled laced boots were the rule. Thankfully, around 1905, the designer Paul Poiret designed Empire-like dresses and forbid his clients to wear corsets. He also created fun Orient-inspired evening wear.

???????????????????????????????

I would have loved this exhibition to go on and show us more recent looks. In what time would you have liked to live for its fashion?

???????????????????????????????

Fashioning Fashion se tient jusqu’au 14 avril dans l’un des mes musées parisiens préférés, les Arts Décoratifs. Initiée par le LACMA de Los Angeles, cette exposition présente l’évolution de l’histoire de la mode européenne de 1715 à 1900 avec près de 100 silhouettes toutes plus élégantes les unes que les autres. Un vrai régal pour les yeux et un parcours passionnant ! J’ai été étonnée par la magnificence des broderies, le nombre de pièces portées pour constituer une silhouette et l’allure sophistiquée des vêtements en général. Se vêtir à l’époque était une toute autre démarche et le moindre détail reflétait le rang social de la personne aux yeux des observateurs. Des métiers comme brodeurs, chapeliers et corsetiers étaient populaires alors qu’ils ont aujourd’hui pratiquement disparu.

L’exposition est organisée par ordre chronologique, avec dès l’entrée les magnifiques habits du XVIIIe siècle. L’époque était très marquée par la découverte de l’Orient et de nouveaux territoires, d’où de riches broderies d’inspiration indienne et chinoise sur soie. Ainsi, un vêtement d’intérieur ressemblait fortement à un kimono ; une bonne idée à reproduire de nos jours ! Le volume des jupes m’a fait sourire. J’espère qu’ils avaient des portes assez larges à l’époque pour que les femmes circulent dans les châteaux !

Après la Révolution française et le sacre de Napoléon, autre époque, autre style. On retrouve la fameuse taille Empire sur de belles robes romantiques et une inspiration toujours venue d’ailleurs avec des cotons d’Inde et les étoles en cachemire d’Egypte. La silhouette est beaucoup plus simple mais elle se pare de broderies pour le soir, comme sur cette robe à traine du Portugal. Les costumes d’homme restent chargés de broderies tout en adoptant une ligne plus graphique.

(Malheureusement?) le style Empire laisse la place vers 1820 au style romantique avec ses énormes manches gigot et, pour l’homme, une silhouette de dandy tout droit venue d’Angleterre. Si les habits féminins restent relativement simples avec le blanc en couleur dominante, les robes de la Cour restent chargées en broderies, comme celle portée par la reine du Portugal vers 1840. J’imagine très bien cette robe sur Marguerite Gautier, l’héroïne de la Dame aux Camélias. J’ai adoré ce roman et j’ai hâte de voir le ballet qui sera joué à l’Opéra National de Paris en septembre.

Pas sure que j’aurais voulu être une femme au XIXe siècle quand on voit tous les instruments de torture auxquels elles avaient droit. Je parle bien sûr des crinolines, faux-culs et autres ornements de postérieur qui ont dû bien leur pourrir la vie, même avec des robes magnifiques comme celle brodée de fleurs et papillons. Et elles avaient une taille si étroite dans leurs corsets ! Ces mises en cage en disent beaucoup sur les conditions sociales des femmes à l’époque. Elles avaient peu de liberté de mouvement, et peu de liberté tout court, alors que les voyages et loisirs se développaient avec l’industrialisation.

Au début des années 1900, on voit apparaître une silhouette en S avec des corsets très serrés (et une colonne vertébrale qui ne devait pas être très heureuse) et de hautes bottes lacées. Ce n’est qu’en 1906 que le corps commence à se libérer grâce aux collections de Paul Poiret. Ses robes sont inspirées de la mode sous Napoléon et il créé un univers fortement inspiré par l’Orient.

J’aurais aimé que cette exposition continue encore ! A quelle époque auriez-vous aimé vivre pour en porter les vêtements ?

13 Comments

Filed under Fashion exhibitions