Tag Archives: Maje

French dressing in New York City

I realized during my recent stays in France that my New York City wardrobe is not exactly suitable for a Parisian lifestyle. New Yorkers tend to dress up when they go out so I felt overdressed at my favorite Montparnasse restaurant. Likewise, American women love leggings and mini-skirts, clothes that could easily lead to fashion faux pas in Paris.

To tell you the truth, this is all quite amusing, if not confusing. My closet is still largely French. My style icons (Charlotte Gainsbourg, Sofia Coppola, Emmanuelle Alt) live in Paris. But I have been undeniably influenced by the fashion surrounding me in New York: more daring, more colorful and more casual (except at night). Even the change of neighborhood from Midtown to Soho played a role in my style evolution: adieu corporate looks, bonjour DKNY leggings and T by Alexander Wang mini-skirt!

At the last MOMA Night, my look was typical of this phenomenon. And yet I was wearing only French brands bought recently in Paris. Since you loved the personal style post I published in August for my birthday, I thought you’d like to see another one.

My leather jacket comes from the new Comptoir des Cotonniers collection. I treasure it for its versatility: I can wear it with jeans or leggings for a Downtown silhouette, with a skirt or a dress to counterbalance their sweetness, and with black pants for a more corporate look.

I’m wearing it over a tank top from Petit Bateau, a brand I told you about here.

The Lotarcie skirt is from the new Maje collection. I love the drapery in the front. I’ve been wearing more and more skirts and dresses since living in New York and adding a cheerful touch of bright color to my look is brand new for me. By the way, Maje just opened a 3rd store in New York on Prince Street. That’s 3 Maje stores within walking distance of my home. Very dangerous.

As for the shoes, they are the Picon model from K.Jacques. I ordered them in their tiny store in Le Marais where I chose the design, color and leather. My sandals were then made by the K.Jacques craftsmen in Saint-Tropez and lo and behold, they were delivered 2 weeks later at my New York office. I could easily wear them every day and obviously Kate Moss loves them too.

My Lanvin clutch and Hervé van der Straeten bracelet need no introduction.

Have you ever noticed an evolution in your personal style after moving to a new place, whether a country, a city or a neighborhood?

Wearing: Comptoir des Cotonniers Mora leather jacket, Petit Bateau tank top, Maje Lotarcie skirt, K.Jacques Picon sandals, Hervé van der Straeten cuff, Lanvin Happy clutch

Pictures by Sarah from Style on the Couch – Merci Sarah!

Je me suis rendue compte lors de mes récents séjours en France que ma garde-robe new-yorkaise n’était pas forcément adaptée à la vie parisienne. Les New-Yorkaises s’habillent beaucoup plus pour sortir alors j’étais “overdressed” au restaurant. De même, les Américaines sont adeptes des leggings et mini-jupes qui peuvent facilement constituer des fashion faux-pas à Paris. Bref, pas évident de s’y retrouver. Je reste une adepte des marques françaises. Mes “fashion icons” (Charlotte Gainsbourg, Sofia Coppola, Emmanuelle Alt) sont françaises ou très influencées par le style parisien. Mais je suis indiscutablement influencée par la mode que je vois à New York : plus osée, plus colorée, plus casual aussi (sauf en soirée). Même le fait de déménager de Midtown à Soho a changé ma garde-robe : adieu vêtements corporate, hello leggings DKNY et mini-jupe T by Alexander Wang ! Lors de la dernière MOMA Night, j’avais un look bien représentatif de ce phénomène. Pourtant je ne portais que des marques françaises achetées dernièrement à Paris. Comme vous aviez beaucoup aimé mon style post en août à l’occasion de mon anniversaire, j’ai pensé que ça vous ferait plaisir d’en avoir un nouveau !

Le blouson en cuir vient de la nouvelle collection Comptoir des Cotonniers. Je l’adore pour son côté versatile : je le porte avec un jean ou des leggings pour une tenue rock, avec une jupe comme ici ou une robe pour casser le côté sweet, ou en veste de tailleur avec un pantalon noir. Je le porte sur un débardeur Petit Bateau. Je vous avais déjà présenté la marque ici.

La jupe vient de la nouvelle collection Maje (modèle Lotarcie). Encore une influence de New York ! Je porte en effet beaucoup plus de jupes et de robes depuis que je vis ici. La touche de couleur vive est nouvelle pour moi aussi. J’aime beaucoup le drapé devant. A propos, Maje vient d’ouvrir une 3ème boutique à New York sur Prince Street.

Quant aux chaussures, il s’agit du modèle Picon de K.Jacques. Je l’ai commandé dans la minuscule boutique du Marais où j’ai pu choisir le design, la couleur et la qualité du cuir. Mes sandales ont ensuite été fabriquées artisanalement dans l’atelier de Saint-Tropez et – surprise ! – 2 semaines plus tard elles atterrissaient sur mon bureau à New York. J’ai du mal à ne pas les mettre tous les jours. En plus, je viens de voir que Kate Moss aime bien ce modèle aussi. Je ne vous présente plus ma pochette Lanvin et mon bracelet Hervé van der Straeten.

Et vous, avez-vous déjà remarqué que vivre dans un nouvel endroit, que ce soit ville ou un quartier, influence votre façon de vous habiller ?

15 Comments

Filed under Personal style

IRO, Maje and Comptoir des Cotonniers: 3 French fashion brands gone big

A couple of years ago, I lived 3 minutes away from Maje and Comptoir des Cotonniers stores, and I can’t tell you how happy I was. Along with IRO, these are 3 French fashion labels not older than 15 years that are now go-to brands for French girls, with a growing success on the international market. Which of these 3 brands do you like the most?

IRO

IRO fall-winter 2010-2011 campaign featuring model Eniko Mihalik

Brothers Laurent and Arik Bitton had their own music production company and rock group in New York City before they set up IRO in 2004. The designers like to bring elements from their musical background into their minimalistic fashion, which can be described as “French chic meets New York street style”. The designers’ main source of inspiration is regular girls and women who are constantly on the lookout for new trends and enjoy experimenting with fashion in a unique way.

Though IRO means “color” in Japanese, the palette for the military-themed fall-winter 2010 collection is neutral. The leather of the motorcycle jacket, the iconic piece of the brand, is bleached this season. Take a tight-fitting wool-felt or leather jacket, a top with sequined embellishments, a pair of harem pants or shorts to show off your legs, and you’re good to go!

IRO lookbook fall-winter 2010-2011

Well-known in its home country, IRO has gained remarkable international success. Its main foreign market is the USA and the brand has a good number of points of sales in the UK, Spain, Italy and the Netherlands. IRO is also sold online on Net-a-Porter and Urban Outfitters in Europe.

IRO is a favorite among celebrities. Rihanna and Jessica Alba are fans, and Kate Moss sent a message to the Bitton brothers to request a Kilav, a ripped T-shirt that was a massive hit this summer.The only negative point I would like to raise about IRO, even though I appreciate their designs, are their lack of originality. Rumor has it that Géraldine Saglio, Emmanuelle Alt’s assistant, is consulting for the brand. And Emmanuelle Alt herself is consulting for Isabel Marant and Balmain. Do you see what I mean?

MAJE

Maje fall-winter 2010-2011 campaign featuring Vanessa Traina

When it comes to fashion, it’s a family affair for Maje designer Judith Milgrom. She developed a passion for all things refined and hand-made from a young age. When she moved from her native Morocco to Paris in her teens, she spent her free time in the flea markets scouring for antique lace and retro print fabrics. Launched in 2000, Maje became a successful affair with its ethnic and lingerie-inspired collections. The brand’s style has evolved since, but it still relies on fine fabrics and feminine details.

In its fall-winter 2010-2011 collection, Maje seems to be hesitating between two directions: following trends, at the risk of looking unoriginal and uninspired, or remaining true to its feminine and romantic origins. Judith Malgrom admits to being a huge admirer of Phoebe Philo’s work. The leather tops, dresses and jackets in camel and black are reminiscent of the Celine collections. The most outstanding pieces are the ones that bear the original Maje spirit: quirky and feminine touches such as ruffled sleeves and lace, bows and sequins, ostrich feather skirts and red ankle boots. The lingerie-inspired silk blouses are also very desirable. My favorite pieces are adorable textured-silk pleated tops and dresses.

Judith Milgrom describes the Maje woman as “a lover of bohemian fashion, feminine and inventive, constantly on the lookout for the newest trends”. Marion Cotillard and Vanessa Paradis are fans.

Maje store in Deauville, France / Boutique Maje de Deauville

Maje is sold on Net-a-Porter and its main foreign markets are South Korea and Spain.

COMPTOIR DES COTONNIERS

Comptoir des Cotonniers was created in 1995 by Tony Elicha, a fashion industry veteran formerly involved with Gaultier Jeans. In 1997, the brand launched its advertisements based on the mother-daughter relationship. It was an instant hit as customers recognized themselves in this concept: when they go shopping together, mothers want their daughters to wear good quality clothes with a timeless design, and daughters want their mothers to look cool and modern. The brand has kept this advertising strategy ever since and features real mother-and-daughter duos in their ads.

Comptoir des Cotonniers fall-winter 2010 campaign. More than 10,000 mothers and daughters apply to the castings each year. / Campagne de publicité automne-hiver 2010. Plus de 10 000 mères et filles postulent chaque année aux castings.

Comptoir des Cotonniers collections are defined by their soft colors and their casual chic with a twist. The prices are on the expensive side but the quality of the clothes and their timeless designs are worth it in my opinion.

In the fall-winter 2010-2011 collection, the usual neutral colors are mixed with olive-green, pink, blue-green and Japanese-inspired floral prints. The most significant piece is a beautiful olive-green draped dress worn ideally with a leather jacket.

Comptoir des Cotonniers has points of sales in most European countries and Japan. In 2006, the company was bought by Japanese group Fast Retailing, which also owns Uniqlo.

Most of my clothes are actually Comptoir des Cotonniers. I love this brand because I feel most myself when I wear it. My latest purchase happens to be my first leather jacket (it was about time). I also bought a pair of high-heeled boots there a few years ago that I absolutely adore and had tons of compliments on. They are beginning to look seriously old, but I can’t imagine giving them away!

 Il y a quelques années, j’avais la chance de vivre à 3 minutes de boutiques Maje et Comptoir des Cotonniers. Avec IRO, ce sont des petites marques de créateurs françaises qui sont rapidement devenues des références à la fois en France et à l’international. Laquelle de ces marques préférez-vous ?

IRO

Les frères Laurent et Arik Bitton ont monté une maison de production musicale et leur propre groupe de rock à New York avant de fonder IRO en 2004. Ils transposent ce que la musique leur a apporté dans leur mode aux silhouettes épurées, où le chic français se mêle au streetstyle new-yorkais. Les créateurs revendiquent d’ailleurs les filles qu’ils croisent dans la rue comme une source d’inspiration majeure. Les matières sont nobles et les coupes plutôt classiques, mais elles sont toujours détournées par un détail qui leur donnent un aspect pointu, comme une rangée de paillettes ou un ourlet orné de métal.

Si IRO signifie « couleur » en japonais, les palettes de l’automne-hiver 2010 sont neutres (blanc, noir, gris, kaki). L’inspiration est masculine et militaire. Le perfecto, pièce fétiche du duo, est cette saison renouvelé avec un cuir délavé. Petite veste en laine ou en cuir, détails paillettes et destroy, sarouel ou jambes à l’honneur avec le short, bottes de combat, et vous êtes parées pour l’hiver!

IRO connait un succès remarquable à l’international. La marque s’exporte principalement aux Etats-Unis, mais aussi en Angleterre, en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas. Elle est également vendue sur Internet via Net-a-porter et Urban Outfitters en Europe.

Parmi les people, Rihanna et Jessica Alba sont fans, tout comme Kate Moss qui raffole du KILAV (à savoir un T-Shirt troué).

Seule réserve de ma part, le manque d’originalité des créations. Il paraît que Géraldine Saglio, l’assistante d’Emmanuelle Alt, serait consultée par la marque. Et Emmanuelle Alt est consultée par Isabel Marant et Balmain. Vous voyez le truc ?

MAJE 

La couture est une affaire de famille pour la créatrice Judith Milgrom, née au Maroc. Elle développe très tôt un intérêt profond pour les objets délicats, raffinés et faits à la main. Ado, elle passe son temps libre à chiner aux puces les vieilles dentelles et les imprimés retro, fascinée par les produits qui ont une histoire. Créé en 2000, Maje rencontre rapidement le succès grâce à ses pièces d’inspiration ethnique et lingerie. Si le style est devenu plus urbain au fil du temps, il reste fidèle aux belles matières et aux détails féminins, maintenant décalés par une touche rock.

Avec sa collection automne-hiver 2010-2011, Maje semble hésiter entre deux directions : suivre les tendances au risque de manquer d’originalité ou rester fidèle à ses origines romantiques. Judith Milgrom avoue être une grande admiratrice du travail de Phoebe Philo et les hauts, les robes et la veste en cuir camel et noirs évoquent les collections Céline. Les meilleures pièces sont celles à l’esprit raffiné, féminin et fantaisie : manches froncées, dentelle sur soie, noeuds et paillettes brodées, jupes en plumes d’autruche et bottines rouges. Les blouses en soie d’inspiration lingerie feront aussi des heureuses. Mes pièces préférées sont les hauts et robes en soie plissée.

Pour Judith Milgrom, la cliente Maje est « une amoureuse de la mode bohême, féminine et inventive, constamment à l’affût des dernières tendances ». Marion Cotillard et Vanessa Paradis sont fans.

La collection est en vente sur Net-a-Porter et s’exporte principalement en Corée et en Espagne.

COMPTOIR DES COTONNIERS

Comptoir des Cotonniers a été créé dans un petit village de Haute Garonne en 1995 par Tony Elicha, qui travaille alors dans le prêt-à-porter depuis plus de 30 ans. En 1997, la marque lance sa première campagne de communication sur le duo mère-fille. Ce concept original séduit les clientes par sa justesse : lorsqu’elles font du shopping ensemble, la mère aime que la fille porte des vêtements intemporels et de qualité, la fille aime voir sa mère dans des tenues modernes et relativement tendance.

Le style Comptoir des Cotonniers se caractérise par un chic discret aux couleurs douces avec une pointe d’originalité. Les prix sont relativement élevés, mais la qualité des vêtements et leur style intemporel les justifie à mon avis. Dans la collection automne-hiver 2010-2011, les palettes neutres habituelles se marient au kaki, au vieux rose, au bleu-vert et à des imprimés floraux d’inspiration japonaise. Parmi les pièces remarquées, une magnifique robe drapée kaki, idéale avec un blouson en cuir pour le soir.

Comptoir des Cotonniers est la marque la plus présente dans ma penderie car je me sens moi-même quand je la porte. Mon dernier achat ? Mon premier blouson en cuir. Ma pièce fétiche ? J’ai acheté il y a quelques années une paire de bottes à talons hauts que j’adore et sur lesquelles j’ai eu plein de compliments. Elles commencent à vieillir sérieusement, mais je n’arrive pas à m’en séparer !

Comptoir des Cotonniers est présent dans l’ensemble de l’Europe et au Japon. La société a été rachetée en 2006 par le groupe Japonais, Fast Retailing, propriétaire d’Uniqlo.

11 Comments

Filed under Fashion