Tag Archives: luxury

Champagne, pastries and tea at Plaza Athénée

???????????????????????????????

My friend Milla and I have a tradition. We’ve only done it three times but the experience is so enjoyable we know it will be repeated. Whenever she takes the Eurostar (she’s British) to spend a few glorious days in Paris, I meet her at the Plaza Athénée on avenue Montaigne. And off we go for a couple of hours of girl talk, sometimes deep, sometimes casual. Of course it is a pleasure to spend time with a friend you seldom see. It is even more so in a refined atmosphere, amid the sound of a harp playing, catered to your every need over a glass of champagne and a pastry carefully selected from the imposing dessert display.

Plaza Athénée Paris front

Galerie des Gobelins Plaza Athénée

Our afternoon started in the Galerie des Gobelins, where the armchairs create a quiet relaxed atmosphere. Reunions are to be celebrated so we clinked our flutes of Laurent-Perrier pink champagne.

Plaza Athénée Champagne 2 flutes

We then decided to get some fresh air in La Cour Jardin. With its ivy-covered walls and signature red canopies, the inner courtyard is a haven in the city. It’s so calm and peaceful!

Plaza Athénée Cour Jardin

We headed back inside only to select cakes created by renowned pastry-chef Christophe Michalak. I went for the apricot dessert, a delight with its light fluffy cream sparkled with a crunchy crumble topping and the fruit jam at the bottom. I picked on Milla’s strawberry-pistachio cake which was wonderful as well. I also recommend the mille-feuille which I tried on a past visit.

Plaza Athénée dessert chariotThe dessert chariot: the most important object in the gallery?

Michalak Mille-feuille

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

And then the tea. When my jasmine tea was poured, it had an instant soothing effect. The power of fragrance! And it was served with Alain Ducasse chocolate. C’est parfait!

Plaza Athénée courtyard

Merci to the Plaza Athénée team for this wonderful time! You can read Milla’s post about our Christmastime tea over here.

Plaza Athénée facade

J’ai une tradition avec mon amie Milla. Enfin, est-ce qu’on peut parler de tradition quand on a fait quelque chose trois fois ? Peu importe ; l’expérience est tellement agréable qu’elle sera certainement répétée. Quand Milla prend l’Eurostar pour passer quelques jours à Paris, on se voit toujours au Plaza Athénée avenue Montaigne. Et là c’est parti pour deux heures de papotage, parfois sérieux, parfois léger. Bien sûr c’est un plaisir de retrouver une amie après un certain temps. C’est encore plus le cas dans un cadre raffiné : une douce harpe en toile de fond, un excellent service, une coupe de champagne et une pâtisserie soigneusement sélectionnée dans l’imposant chariot, c’est la recette d’un après-midi parfait !

La Galerie des Gobelins est propice à une atmosphère calme et aux confidences avec ses fauteuils rembourrés. Les retrouvailles, ça se fête alors nous avons trinqué avec nos coupes de champagne rosé Laurent-Perrier.

On a ensuite pris l’air dans La Cour Jardin. Avec ses murs couverts de lierre et ses stores et parasols rouges, la cour est un oasis de tranquillité au sein de la ville !

Nous sommes retournées à l’intérieur le temps de choisir une pâtisserie créée par Christophe Michalak. J’ai dégusté le dessert aux abricots : une crème extra-légère parsemée de pâte à crumble croquante recouvrant une compote d’abricot très légèrement acide. Les quelques bouchées du gâteau fraise-pistache que j’ai piquées à Milla étaient toutes aussi délicieuses. Je vous recommande le millefeuille, testé lors d’une précédente visite.

Et le thé… Le thé au jasmin a un parfum incroyable avec un effet enveloppant inattendu. En plus il était servi avec des chocolats Alain Ducasse.

Un grand merci à l’équipe du Plaza Athénée pour cette belle après-midi ! Vous pouvez  lire le billet de Milla sur notre visite à Noël ici.

5 Comments

Filed under Food, Paris

Visiting the Dior couture salons on avenue Montaigne

???????????????????????????????

After visiting the Berluti workshop, I was lucky to tour the Dior salons on avenue Montaigne through LVMH’s Journées Particulières. Dior’s celebrity-oriented advertisement and marketing tends to overshadow the prestige of its craftsmen and the quality of its products so it was a wonderful idea to guide us behind the scenes over a weekend. We had a chance to interact with passionate employees, see their work up close and feel our jaws drop when hearing the number of hours spent on some products.

???????????????????????????????

The Bar suit greeted us at the 30 avenue Montaigne entrance. This New Look silhouette made Christian Dior famous in 1947. An elegant stairway decorated with pictures from that era and gowns from Raf Simons’s last haute couture collection lead us to the 2nd floor salons.

???????????????????????????????Dior stairs pink gowns

Christian Dior chose this mansion to house his store and ateliers for its location across the street from the Plaza Athénée where his clients would stay. The pearl gray decoration reminded him of the sky of his hometown, Granville. (I showed you around Dior’s childhood home here.)

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The building is only occupied by the store and the fashion department now but for the Journées Particulières Dior had all its activities represented on this floor. We were lead by small groups from table to table where craftsmen would tell us about their jobs. Our first stop was Dior Homme and its elegant tuxedo jackets. They are created in 9 steps, each taking 6 hours of work by hand. As for the shoes, the wooden lasts made me smile: no wonder my feet can’t stand my Dior heels for very long if they are supposed to look like this! And fun fact: a Lady Dior bag is made of 140 components.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Then it was time for haute couture. The tailoring atelier works on the most structured designs made of the heavier fabrics. 27 people work there and this number doubles before shows because of the increased workload.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The « flou » atelier for dresses and embroiderers explained the creation of this dress from the fall 2012 collection. The flou atelier also works on wedding dresses which take up to 400 hours of work. Embroidery is a craft where patience and attention to detail are key: the dress took 500 hours of work for this atelier with a zillion tiny beads to embroider on an extremely fragile fabric.

???????????????????????????????

I didn’t expect to see children’s clothing on that day so this exquisite Baby Dior christening dress was a welcomed surprise. The seamstress showed us how she created the flounces one by one with a hot iron. This dress is made to order with one week’s work for 8,000 €. In the background is a picture of Grace Kelly with Prince Albert of Monaco.

Dior Grand Bal watch

Dior high jewelry

The watchmen came all the way from Switzerland to show us the Grand Bal watch. The making of the dial takes 1 month of work with special care brought to the fawn feathers and diamonds. The jewelers were creating a wax model on which the high-jewelry ring would be mold and then adorned with diamonds.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The visit ended with fragrances. Christian Dior loved perfume: he saw it as the finishing touch of a woman’s look. His first one, Miss Dior, was launched in 1947 with the New Look couture collection. Dior would spray it in his salon before the shows. Diorissimo is the only bottle he designed. Closer to us in time, a precious bottle of J’Adore created by an artist. We were then told about the packaging of extraits de parfums; for example, we saw how threads of gold were tied around the tiny bottles. I had no idea this job even existed!

???????????????????????????????

I hope you enjoyed this visit. If so, you might like this post on the beautiful Dior ball gowns shown in an exhibition at Christian Dior’s childhood home.

???????????????????????????????

Après la visite des ateliers Berluti, j’ai eu la chance d’être invitée dans les salons Dior avenue Montaigne à l’occasion des Journées Particulières de LVMH. La publicité et le marketing très people de Dior nous feraient presque oublier ses artisans exceptionnels et la qualité des produits. C’était vraiment une belle initiative de nous ouvrir les coulisses de la maison avec des savoir-faire prestigieux, des employés passionnés et des nombres d’heures de travail à donner le vertige !

Le tailleur Bar nous accueille à l’entrée. C’est la silhouette emblématique du New Look de Christian Dior qui a véritablement lancé sa maison en 1947. Un escalier décoré de photos historiques de la maison et de robes de la dernière collection haute-couture de Raf Simons nous mène aux salons du 1er étage. C’est ce lieu que Christian Dior avait choisi pour présenter ses collections de haute couture. L’hôtel particulier se trouve face au Plaza Athénée où séjournaient ses clientes. Le gris perle des salons lui rappelait le ciel de Granville où il a grandi (je vous avais montré sa maison d’enfance ici).

Cette adresse est aujourd’hui uniquement réservée à la mode mais, pour les Journées Particulières, Dior avait exposé l’ensemble de ses activités sur cet étage. Nous étions emmenés par petits groupes de table en table où les artisans en blouse blanche nous expliquaient leur métier. Dior Homme était représenté par ses belles vestes de costume. 9 étapes nécessitant chacune 6 heures de travail à la main sont nécessaires à leur confection. Quant aux chaussures pour femmes, la forme en bois m’a fait sourire : pas étonnant que mes pieds ne supportent pas mes talons Dior très longtemps !

La haute-couture nous accueillait avec l’atelier tailleur. Les pièces les plus structurées aux tissus lourds et épais y sont créés. 27 personnes y travaillent et cet effectif est doublé juste avant les préparations des collections. Les atelier flou et broderie nous ont expliqué la conception de cette robe de la collection automne 2012. En plus de la haute-couture, l’atelier flou s’occupe des robes de mariées, lesquelles demandent en moyenne 400 heures de travail. La broderie est incroyable d’exigence et de patience: 500 heures de travail avaient été nécessaires pour la robe.

Une activité moins connue chez Dior : les vêtements pour enfants Baby Dior. Cette robe de baptême était impressionnante de détails, comme ces volants de dentelle créés un à un par la couturière avec un fer chaud. Elle est réalisée sur commande en une semaine pour la modique somme de 8000 €. Au fond, une photo de Grace Kelly avec le Prince Albert.

Les horlogers venus de Suisse nous ont présenté la montre Grand Bal. Le cadran nécessite 1 mois de travail avec un grand soin apporté aux plumes de coq et diamants. Les joaillers nous montraient le modèle en cire sur laquelle la bague de haute-joaillerie sera moulée puis parée de diamants.

La visite s’est terminée parmi les parfums. Christian Dior les aimaient beaucoup : il trouvait qu’ils complétaient la tenue des femmes. Miss Dior a été son premier parfum, lancé avec le New Look en 1947. Il en parfumait ses salons avant les défilés. Diorissimo est le seul flacon qu’il ait dessiné. Plus récemment, un flacon précieux de J’adore créé par un artiste. Enfin, nous avons observé le façonnage des flacons de parfum : comment les fils d’or sont noués à la main sur le haut du flacon par exemple. Je n’imaginais pas que ce métier existait!

J’espère que cette visite vous a plu ! Si c’est le cas, vous aimerez sans doute ce billet sur les magnifiques robes de bal Christian Dior exposées à Granville.

11 Comments

Filed under Beauty, Fashion