Tag Archives: John Galliano

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture is the fashion exhibition of the moment in Paris. With the support of Swarovski, the Hôtel de Ville de Paris hosts more than 100 magnificent designs of the past century for you to see up close. Born from the wild imagination of designers, created with the best materials and endless hours of detailed work from the ateliers, haute-couture is fashion at its most luxurious and exclusive. As the curator points out, it is also a Parisian art.

???????????????????????????????So Gatsby.

Please be patient when arriving at the Hôtel de Ville: I waited for nearly an hour outside and the same thing happened to my friend Lani. But I promise you the long queue is worth it! And the exhibition is free. (Just reward yourself afterwards with an éclair from the nearby L’Eclair de Génie like I did.)

The exhibition starts in a gallery detailing the history of haute couture. Though now considered a disappearing art, haute couture was the main way to sell fashion on the luxury market before prêt à porter took over in the 1960s. Further down the gallery, you can see the first dress of the exhibition: a richly embroidered Chanel gown.

Chanel Paris Haute Couture

You then get to a room where all the designs are shown. The Hôtel de Ville is not as appropriate as the Musée des Arts Décoratifs for fashion exhibitions: the place is quite dark and narrow. The layout is not flattering for the clothes which look crammed, so have a look at the excellent catalog before or after your visit.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

This is what Balenciaga looked like in the 1960s. The top dress is really surprising, like a hidden fall of flowers moving as one walks.

Behind the bottom one, you can see a purple gown designed by John Galliano for Christian Dior. Raf Simons, who is now at the helm of the brand, said that Galliano’s style isn’t relevant anymore. Well I am still impressed by his wild talent and hope to see more of his work at the Dior and Impressionism exhibition this summer at Granville, as I did 3 years ago (see here).

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Dior is also the place where 21-year-old Yves Saint Laurent shot to fame in 1958 before he created his own brand. I have marveled before at his precocious talent in this post about the YSL exhibition in the USA. Here, this gown is all about the woman as a flower (narrow waist / full skirt), in the style of Christian Dior’s New Look.

???????????????????????????????

My three favorite dresses of the exhibition. What I like about black clothes is that they’re all about design, details and material.

???????????????????????????????

Ah, Madame Grès. When I published this picture on Instagram, I realized I wasn’t the only one amazed at how modern and visionary this designer was.

???????????????????????????????

I love the sensuality of this Yves Saint Laurent dress, which I already showed you here. It comes from a collection that caused quite a scandal in 1971: critics deemed it vulgar and of poor taste. A situation that is quite reminiscent with Hedi Slimane’s latest show for Saint Laurent Paris…

???????????????????????????????

And Givenchy ends the trilogy with this sexy armor of a dress. If you follow me on Twitter and Instagram, you know that I loved the costumes Riccardo Tisci designed for the Bolero danced by the Paris Opera Ballet. Below is another design of his on the right.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

People tend to think that haute couture is all about fancy gowns, forgetting that it can also be daywear as represented here by the famous Chanel suits.

???????????????????????????????

But I don’t mind a touch of excentricity. Merci Elsa Schiaparelli!

???????????????????????????????

And can you really see through this Maison Martin Margiela mask? I’d rather wear the Yves Saint Laurent smoking.

Paris Haute Couture ends on Couture week (July 6th). Let me know what you thought of the exhibition in the comments!

???????????????????????????????Balmain detail (1958)

C’est l’expo mode du moment à Paris. Avec le soutien de Swarovski, Paris Haute Couture présente plus de 100 magnifiques modèles à examiner sous toutes les coutures. Née de l’imaginaire des créateurs, créée dans les matières les plus luxueuses, issue d’heures de travail méticuleux des petites mains, la haute couture fait resplendir les savoir-faire des maisons. Elle repousse les limites de la mode tout en nous faisant rêver.

L’expo a lieu à l’Hôtel de Ville de Paris. Armez-vous de patience pour y entrer : l’attente peut durer une heure. (Mais je vous promets que ça en vaut la peine ! En plus, c’est gratuit.) L’expo commence dans une galerie détaillant l’histoire de la haute couture. Si elle représente aujourd’hui plus un laboratoire d’idées avec une fin quasi-artistique, la haute couture était avant la montée du prêt-à-porter dans les années 1960 le moyen privilégié de vente sur le marché du luxe. Enfin on aperçoit le premier modèle : cette robe Chanel toute rebrodée de pierres bleues et d’un camélia au col. On arrive ensuite dans une grande salle où sont exposées les robes. L’Hôtel de Ville, ça ne vaut pas le Musée des Arts Décoratifs : le lieu est sombre et relativement étroit pour accueillir toutes ces pièces. Cela provoque un effet d’entassement qui ne permet pas d’apprécier les modèles à leur juste valeur. N’hésitez donc pas à feuilleter le beau catalogue de l’exposition avant ou après votre visite.

Voici à quoi ressemblaient les modèles Balenciaga dans les années 1960. Le premier est vraiment étonnant, comme une chute de fleurs à moitié cachée qui s’anime avec le mouvement des jambes. Derrière le second, on aperçoit une robe violette créée par John Galliano pour Christian Dior. Raf Simons qui est maintenant à la tête de cette maison a dit que la mode de Galliano ne correspondrait plus à l’air du temps. Artistiquement, c’est l’un des créateurs qui m’a fait le plus rêver et qui m’éblouit toujours par son talent fou. J’espère pouvoir admirer ses modèles à l’expo Dior et l’Impressionnisme cet été à Granville, comme je l’avais fait dans ce musée il y a 3 ans (voir ici). Dior, c’est aussi le lieu où Yves Saint Laurent s’est fait connaitre alors qu’il n’avait que 21 ans en 1958. Je vous avais déjà parlé de la précocité de son génie dans ce billet dédié à l’expo YSL aux Etats-Unis.

Mes trois robes préférées de l’expo. Ce qui est intéressant avec le noir, c’est qu’il met l’accent sur la coupe et les détails. Ah, Madame Grès. Lorsque j’ai publié la photo de cette robe sur Instagram, nous avons été plusieurs à nous émerveiller de la modernité de cette créatrice. J’adore la sensualité de cette robe Yves Saint Laurent. Elle est issue d’une collection de 1971 qui avait fait scandale à l’époque : les critiques la trouvaient vulgaire et de mauvais goût. (Je vous l’avais déjà montrée ici.) Cela rappelle les réactions face au dernier défilé d’Hedi Slimane pour la marque désormais appelée Saint Laurent Paris… Givenchy achève la trilogie avec cette robe-armure savamment découpée. Ceux qui me suivent sur Twitter et Instagram savent que j’ai adoré les costumes créés par Riccardo Tisci pour le Boléro dansé par le ballet de l’Opéra de Paris. On retrouve un autre modèle du couturier ci-dessous.

La haute couture, ce n’est pas que de la fantaisie, de la broderie et des robes de soirée. Ca peut aussi être très sobre et efficace comme ces tailleurs et manteaux, dont les fameux Chanel. Mais les touches d’excentricité, c’est quand même sympa. Merci Elsa Schiaparelli ! Et est-ce qu’on y voit quelque chose avec ce masque Maison Martin Margiela ? Je porterais plutôt le smoking Yves Saint Laurent.

Vous avez jusqu’au 6 juillet pour admirer la haute couture à Paris ; d’ailleurs les défilés ont lieu la même semaine. N’hésitez pas à partager vos impressions en commentaire !

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions

A fashion retrospective of the 1990s and 2000s in Paris part 2: Lanvin, Chanel, Dior & Co.

After walking you through the first part of the exhibition on 1990s-2000s fashion currently taking place in Paris, let’s now visit the rest of the retrospective. What’s on the program? Hussein Chalayan, Jean Paul Gaultier, Christian Dior, John Galliano, Chanel, Lanvin and Balenciaga. Only the best!

Hussein Chalayan is renowned for his sense of innovation. His shows are akin to artistic performances, featuring fashion wonders such as LED clothing and a wooden table transformed into a skirt. For his spring-summer 2007 collection, Chalayan collaborated with the team behind special effects for “Harry Potter and the Prisoner of Azkaban” to create dresses morphing automatically into whole new designs.

Along with Alexander McQueen and Antonio Berardi, Cyprus-born Hussein Chalayan is a major creator of the 1990s “London look” defined by sharp, angular tailoring. Adored by eccentric singers (Björk is a friend and Lady Gaga wears his designs), Chalayan is the creative director of the sports label Puma since 2008.

Initially considered as a punk couturier (remember Madonna’s cone bra?), Jean Paul Gaultier is now recognized for his Parisian chic. The beauty of his collections, his inventive use of fabrics and materials and his emotional shows truly make him one of the masters of couture. This dress from the spring-summer 1999 couture collection is symbolic of Gaultier’s style: the top is made of denim, a modern, subversive and mundane fabric, while the skirt is embroidered with precious feathers by the world’s most talented ateliers.

Gaultier’s last coup? A couture collection with Catherine Deneuve describing the outfits as a soundtrack, a bride which turns out to be a male model, and a French can-can dancer high-kicking on the runway to top it all off!

Now what is this extravagant dress? A Christian Dior couture gown by John Galliano. It reminds me of the exhibition of ball gowns I saw in the designer’s childhood home. Its extraordinary design contrasts with a falsely unfinished dress. (Notice the pincushion worn as a bracelet!)

Dior Couture again, with a Maasai dress from John Galliano’s stunning first Dior couture collection in 1997. Both items belong to billionaire Mouna Ayoub. Imagine having these clothes in your closet!

John Galliano or Dior? The tiny waist and round hips are reminiscent of the New Look launched by Christian Dior in 1947. Yet this is a design by John Galliano for his own brand.

After extravagance comes simplicity with Karl Lagerfeld’s collections for Chanel. The three dresses with delicate embroideries are designs from the spring 2009 couture collection. The strict appearance of the clothes reminds me of the uniforms Gabrielle Chanel had to wear at the convent she grew up in.

The outfit with the pearl necklace is a reference to Man Ray’s portrait of Coco Chanel. The designer used this jewelry to brighten up her complexion and her little black dresses. Pearls have since become one of the brand’s symbols.

The dresses of my dreams come from Lanvin. Call me a snob if you want to, but I want the real thing, not H&M collaborations. Alber Elbaz’s inspiration for this spring-summer 2003 dress was women fleeing the Soviet Union with their jewelry sewn into their clothes.

The pleated dresses are from the fall-winter 2003 collection. Most designers are uneven depending on the season. Alber Elbaz however never disappoints me with his refined yet wearable and timeless collections, the beauty of the fabrics and colors with attention to detail. It is no wonder Elbaz was chosen by Pierre Bergé to replace Yves Saint-Laurent in 1998 before he ended up at Lanvin!

Nicolas Ghesquière for Balenciaga is Charlotte Gainsbourg’s favorite designer. And Charlotte Gainsbourg is considered as one of the best-dressed women in the world. That says it all! Ghesquière is worthy of being Cristobal Balenciaga’s successor with his innovative and avant-garde collections. The unusual yet chic cuts and retro-futuristic designs are reminiscent of the master’s style.

Nicolas Ghesquière was only 26 years old when he became Balenciaga’s creative director in 1997. Like Martin Margiela and Pucci’s Peter Dundas, Ghesquière first worked for Jean Paul Gaultier.

The exhibition features many other brands like Prada, Viktor & Rolf and Christian Lacroix. I just wish it had showcased major 1990s-2000s designers like Calvin Klein, Marc Jacobs and Jil Sander!

Now tell me, what is your fashion highlight of the 1990s and 2000s?

Après avoir vu la première partie de l’exposition Histoire idéale de la mode contemporaine volume II, les années 1990-2000 au Musée des Arts Décoratifs de Paris, il est temps de passer à la suite ! Au programme de ce billet : Hussein Chalayan, Jean Paul Gaultier, Christian Dior, John Galliano, Chanel, Lanvin et Balenciaga. Que du beau !

Hussein Chalayan est connu pour son sens de l’innovation et du spectacle. Ses défilés s’apparentent à des performances artistiques avec des vêtements qui s’illuminent ou se transforment en meubles. Pour le printemps-été 2007, Chalayan a d’ailleurs collaboré avec l’équipe d’animatronique de « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban » pour créer des robes qui se métamorphosent d’elles-mêmes. Avec Alexander McQueen et Antonio Berardi, Hussein Chalayan a contribué à l’émergence du « London look » des années 1990 par ses coupes strictes et angulaires. Ami de Björk et porté par Lady Gaga, le créateur d’origine chypriote élabore les collections de la marque de sport Puma depuis 2008.

On ne présente plus Jean Paul Gaultier, créateur boulimique à l’imagination débordante. Longtemps considéré comme agitateur de la mode, Gaultier est un couturier parisien majeur par sa maîtrise de la coupe, son inventivité et la beauté de ses collections haute-couture. Cette robe couture printemps-été 1999 est faite d’un bustier à la matière triviale, le jean, rebrodé de plumes précieuses par les ateliers artisanaux les plus réputés. Le dernier coup de Gaultier ? Une collection haute-couture présentée à l’ancienne avec pour seule musique la description des créations par Catherine Deneuve, une mariée qui se révèle être un homme et une danseuse de French cancan pour clore le tout !

Mais quelle est cette création extravagante ? Une pièce haute-couture Christian Dior par John Galliano. Elle me rappelle l’exposition des robes de bal vue dans la maison natale du créateur (j’en parle ici). Son architecture extraordinaire contraste avec celle d’un modèle faussement inachevé. (Remarquez le coussin d’épingles porté en bracelet !) Voici à nouveau des modèles Dior Couture, dont une robe Massaï issue de la fameuse première collection haute-couture de John Galliano pour Dior en 1997. En regardant leur légende, j’ai appris qu’ils appartiennent à la milliardaire Mouna Ayoub. Vous imaginez avoir ces robes dans votre dressing, vous ?

John Galliano et Dior : qui inspire qui ? La taille de guêpe et les hanches arrondies rappellent le New Look lancé par Christian Dior en 1947. Pourtant il s’agit bien d’une création de John Galliano pour sa propre maison.

Après l’extravagance, la rigueur. Vous aurez reconnu le style Chanel mis en valeur par Karl Lagerfeld, tout en élégance et simplicité. Les trois robes aux petites épaules et aux broderies délicates sont issues de la collection haute-couture été 2009. L’apparence stricte des créations évoque l’uniforme que portait Gabrielle Chanel enfant au pensionnat. La tenue avec le sautoir de perles rappelle le portrait de la créatrice par Man Ray. Elle se servait de ce bijou pour éclairer son teint et ses petites robes noires. Les perles sont depuis devenues un symbole de la maison.

Les robes de mes rêves viennent de chez Lanvin. Appelez-moi snob si vous le voulez, mais je  veux le vrai luxe, pas des collaborations avec H&M. Cette robe-ci date du printemps-été 2003. L’inspiration d’Alber Elbaz pour cette collection était les femmes fuyant l’Union Soviétique avec leurs bijoux cousus à même leurs vêtements. Les robes plissées proviennent de la collection automne-hiver 2003. La plupart des créateurs sont inégaux de saison en saison, mais pour moi Alber Elbaz reste toujours le meilleur par le raffinement discret de ses collections, la beauté des matières, des couleurs et l’intemporalité du style. Alber Elbaz est-il notre Yves Saint-Laurent du 21e siècle ?

Nicolas Ghesquière pour Balenciaga, le créateur préféré de Charlotte Gainsbourg. Ses collections ont une image avant-gardiste et innovante, digne de l’héritage du fondateur Cristobal Balenciaga par leurs coupes inhabituelles mais chic et leurs lignes rétro-futuristes. Ex-assistant de Jean Paul Gaultier, Nicolas Ghesquière est devenu le directeur artistique de Balenciaga à 26 ans seulement. Raison de plus pour l’admirer !

L’exposition comprend les créations de bien d’autres marques comme Prada, Viktor & Rolf et Christian Lacroix. Dommage qu’elle n’ait pas exposé certains créateurs marquants des années 1990-2000 comme Calvin Klein, Marc Jacobs ou Jil Sander !

Maintenant dites-moi, quel est votre plus fort souvenir de la mode des années 1990 et 2000 ?

18 Comments

Filed under Fashion exhibitions