Tag Archives: j’aime mon carré

Hermès La Maison exhibition and books

Who wouldn’t want to watch the craftsmen of Hermès create Birkin bags in the Parisian ateliers? This is exactly what you can experience through La Maison, an 11-volume 5-kilo tome published last July. 33 pictures from the books are on show at the Madison Avenue store until September 30th and of course I had to feast my eyes on them last weekend.

Koto Bolofo gained full access to the company’s ateliers through Hermès’s former CEO Jean-Louis Dumas, discreetly observing the craftsmen at work for 7 years. It was the photographer’s idea to reveal the production process of the brand’s objects to the public. He rightly thought it would create a new sense of attachment, loyalty and admiration for the Parisian house. The images have been published in the quarterly magazine Le Monde d’Hermès distributed exclusively in Hermès stores and collected by many.

La Maison is a tome of 11 volumes published by Steidl. Each book is dedicated to a theme illustrating the Hermès brand identity: horses, saddles, the Kelly bag, clothes, perfume, the Bugatti Veyron, the gardens, the special orders, silk, John Lobb and the Emile Hermès collection. Signed copies of La Maison are sold in the flagship stores of Paris, New York and Toyko for $238 (175€) but you can also order the tome online.

Despite my love for Hermès and the beauty of the pictures, I will not be adding La Maison to my book collection because of its price. I will satisfy myself with the pictures I saw at the exhibition, which I wanted to share with you!

The special order department is the one that impressed Koto Bolofo the most because of the extravagant requests of the clients. One of them sent the dreadfully stinking cadaver of a crocodile he had shot himself to the atelier to get a bag made out of it. I noticed while flipping through the book that crowns were engraved in leather for orders made by royalty. The design is different whether the client is a prince, a duke, a count and so on.

The saddles are the most physically difficult objects of the brand to create and also the most secret department of the company. Koto Bolofo describes the production process as a wrestling match between the craftsman and the leather contrasting with the elegance of the finished product.

Have you had a look at Paris Mon Ami, the new Hermès website dedicated to their silk scarves? I’m not impressed, to be honest. It’s the sequel to the I Love my Scarf campaign I told you about here.

The perfume is the department that fascinated Koto Bolofo the most by the charismatic personality of Jean-Claude Ellena, the nose of the house who also created fragrances for Les Editions de Parfums Frédéric Malle. Few people know that Hermès is with Chanel the only major brand to create its fragrances with the best natural ingredients.

The famous orange Hermès bags. Do you know how the brand chose this color? Actually during World War II there was a shortage of materials and orange boxes were the only ones the company could find.

Which book from La Maison would you choose? I would no doubt pick the one on the Kelly bag and imagine that I own one sitting proudly in my closet while looking at the pictures.

By the way, you can read an interesting interview of Koto Bolofo on the making of La Maison right here.

Qui n’aurait pas envie de se transformer en petite souris pour observer les artisans à l’œuvre dans les coulisses d’Hermès ? C’est justement ce que vous permet La Maison, un coffret de 11 livres (et 5 kilos) paru en juillet. 33 photos extraites de ces ouvrages sont exposées au magasin de la Madison Avenue jusqu’au 30 septembre et bien évidemment j’y suis passée le week-end dernier.

Jean-Louis Dumas, qui dirigeait Hermès jusqu’en 2006, avait donné carte blanche à Koto Bolofo pour immortaliser les ateliers sur une période de 7 ans. C’est le photographe d’origine sud-africaine qui a convaincu le directeur de révéler la fabrication des objets au public pour créer une forme d’attachement et d’admiration. Ces images ont été reproduites dans le magasine trimestriel Le Monde d’Hermès distribué exclusivement en boutiques Hermès et considéré par beaucoup comme un collector.

La Maison est un coffret de 11 livres publiés par Steidl. Chaque volume est dédié à un thème de l’univers Hermès : le monde équestre, les selles, le sac Kelly, le prêt-à-porter, le parfum, la Bugatti Veyron, les jardins, les commandes spéciales, la soie, John Lobb et la collection Emile Hermès. Des copies dédicacées de La Maison sont vendues dans les flagships Hermès de Paris, New York et Tokyo au prix de $238 (soit 175€) mais vous pouvez aussi acheter les livres en ligne. Malgré mon amour pour Hermès et la beauté des photos, je ne pense pas ajouter La Maison à ma bibliothèque à cause de son prix. Je me contente des images vues à l’exposition que je voulais partager avec vous !

Le département des commandes spéciales est celui qui a le plus impressionné Koto Bolofo par les demandes extravagantes des clients. L’un d’eux avait envoyé aux ateliers le cadavre puant d’un crocodile qu’il avait lui-même tué en Afrique pour en faire faire un sac. J’ai vu en feuilletant le livre dédié à ce thème que des couronnes étaient gravées dans le cuir pour les commandes de familles royales. Le dessin change selon le rang (prince, duc, comte, etc.).

Les selles sont les objets les plus difficiles à créer physiquement et le département le plus secret de la maison. Koto Bolofo décrit leur fabrication comme une lutte entre l’artisan et le cuir qui contraste avec l’élégance du produit fini.

Avez-vous jeté un coup d’œil à Paris Mon Ami, le nouveau site d’Hermès dédié à la soie ? Je ne le trouve pas très réussi… C’est la suite de la campagne J’aime mon Carré dont je vous avais parlé ici.

Le parfum est le département qui a le plus fasciné Koto Bolofo par la personnalité du nez de la maison, le charismatique Jean-Claude Ellena. Peu de gens savent qu’Hermès est avec Chanel la seule grande marque de parfum à créer ses eaux à partir des meilleurs ingrédients d’origine naturelle. Je vous recommande fortement de lire le livre Que sais-je ? sur les parfums écrit par Ellena; c’est une mine d’or en informations dans ce domaine ! Il a aussi rédigé Journal d’un Parfumeur paru cette année.

Le fameux sac orange d’Hermès. Savez-vous pourquoi il est de cette couleur ? Lors de la Seconde Guerre Mondiale, il y avait une pénurie de matériaux et les boîtes oranges étaient les seules que la maison pouvait se procurer.

Quel livre choisiriez-vous dans ce coffret ? Moi je prendrais sans doute celui sur le sac Kelly ! Au fait, vous pouvez lire une interview (en anglais) de Koto Bolofo sur La Maison ici.

8 Comments

Filed under Books

Hermès J’aime mon carré scarves at Colette in Paris

Dear readers, last week was all about Dior with the exhibition of his couture ball gowns and our visit to his childhood home. But this week, it’s Hermès week! I wish we had more of those, don’t you?

First off, let’s start with something brand new and eventful. Remember when I told you about Hermès’s online campaign, J’aime mon carré? The luxury brand has organized a series of fun events across the world to support it. In its hometown of Paris, the trendy concept store Colette is selling Hermès scarves in limited edition through October 16th. Crazy about Hermès as I am, I went to have a look on the first day of the event yesterday, and here are my pictures for you to see!

Hermès’s Parisian flagship store and Colette are located in the same street, rue du Faubourg Saint-Honoré, a 10-minute walk away from each other. Yet, they are polar opposites in the mind of the shopper. Hermès has the identity of a traditional luxury brand that vows to not follow trends; though not fusty at all, the store is decorated with antiques and the scarves are displayed on an old wooden counter. Colette on the other hand is known for its trend-setting, its exclusivities and partnerships with prestigious brands (scroll down to the bottom of this page to watch a video showing the inside of the store). The products sold in this concept store range from small gadgets, sneakers, CDs, books and beauty products to high-fashion clothes and accessories by the likes of Alexander McQueen, Marc Jacobs and Lanvin.

Colette

Hermès’s decision to sell a range of scarves at Colette exclusively stems from their strategy to reach out to a younger market and consumers who would not have necessarily visited their own stores. What I find surprising with this event is that a brand that usually refuses to take part in hype is this time creating the hype to gain popularity among targeted consumers. The Acne x Lanvin collections that were sold at Colette reinforced the image of Lanvin as a fashionable brand for a trend-seeking generation, and the same thing is likely to happen now with Hermès. Young girls may not afford to buy Hermès scarves, but the J’aime mon carré campaign aims to build a feeling of desirability for the brand on the long term. If they can’t afford expensive accessories yet, young consumers can buy an Hermès perfume for now and trade up over time as their budget increases.

Moreover, it is not the first time Hermès strikes a partnership with a concept store. Last year, the brand created an exclusive limited edition range of scarves for Liberty of London.

Colette dedicates its two windows on rue du Faubourg Saint-Honoré to Hermès. In addition to a selection of scarves from the current Fall-Winter 2010 collection, the concept store offers 4 exclusive limited edition designs: the iconic Brides de Gala scarf in two different color combinations, the patchwork scarf (which is already sold out online), and a black losange with blue dots in cashmere and silk. The exclusive designs have “Hermès pour Colette” written on it, as you can see on the close-up picture of the Brides de Gala scarf. Prices range from 280€ for a regular scarf to 660€ for the losange.

The Hermès scarves on Colette's online store / Les carrés Hermès vendus exclusivement chez Colette (colette.com)

Hermès Sichuan scarf from the Fall 2010 collection / Modèle Sichuan de la collection automne 2010

The scarves are displayed in a big orange Hermès box temporarily installed on Colette’s 1st floor. On the counter facing the box, you can find a wonderful coffee-table book on Hermès scarves as well as a free 28-page magazine featuring the pictures from the J’aime mon carré campaign.

Unlike Merci, another major Parisian concept store, taking pictures inside Colette is a big no-no and the place is packed with security guards and salespeople. But I can share with you the pictures of the whole magazine.

What do you think of this campaign? Does it make you want to buy a scarf sold in limited edition at Colette or would you rather go for the regular collection in Hermès stores? Do you think it will change the image of Hermès and bring new customers to the brand?

Chers lecteurs, Si la semaine dernière était dédiée à Christian Dior avec l’exposition de ses robes de bal haute-couture et la visite de sa maison d’enfance à Granville, cette semaine, c’est la semaine Hermès !

Alors commençons par quelque chose de tout neuf et d’événementiel. Vous rappelez-vous mon billet sur la campagne Internet d’Hermès, J’aime mon carré ? La marque de luxe a organisé de nombreux événements à travers le monde pour la soutenir. Dans sa ville natale de Paris, le concept store Colette vend des carrés Hermès en série limitée et en exclusivité jusqu’au 16 octobre. Je suis allée y faire un tour hier au premier jour de l’événement, et voici mes photos !

Les boutiques Hermès et Colette, situées toutes les deux rue du Faubourg Saint-Honoré, sont diamétralement opposées dans leur identité. Hermès est une marque de luxe traditionnelle ; le flagship est décoré d’antiquités et les carrés y sont exposés sur un vieux comptoir en bois. Au contraire, Colette doit sa renommée à sa force de prescription sur les tendances, à ses exclusivités et ses partenariats avec des marques prestigieuses (vous pouvez voir l’intérieur du magasin dans la vidéo au bas de cette page). La sélection de ce concept store est très éclectique : gadgets, baskets, livres, CDs et produits de beauté, mais aussi vêtements et accessoires de marques de luxe comme Alexander McQueen, Marc Jacobs et Lanvin.

Hermès s’est associé avec Colette afin de toucher une cible de consommateurs jeunes. Cette marque qui d’habitude joue les discrètes crée de façon inattendue la tendance pour se rendre plus populaire. La collection Acne x Lanvin, elle aussi vendue chez Colette, avait renforcé l’image de Lanvin en tant que maison à suivre pour une génération éprise de mode, et ce phénomène risque bien de se reproduire pour Hermès. Le carré, produit autour duquel tourne la campagne, est trop cher pour une grande majorité de jeunes filles, mais il s’agit avant tout de créer un effet de désir sur le long terme pour une génération qui constitue les clients de demain. S’ils ne peuvent acheter d’accessoires Hermès pour l’instant, les jeunes peuvent commencer par s’offrir un parfum de la marque en attendant que leur pouvoir d’achat augmente. Puis, ce n’est pas la première fois qu’Hermès s’associe avec un concept store : l’année dernière, des carrés en édition limitée étaient vendus en exclusivité chez Liberty of London.

Colette dédie ses deux vitrines sur la rue du Faubourg Saint-Honoré à Hermès. En plus d’une sélection de carrés de la collection automne-hiver 2010, Colette vend 4 modèles exclusifs en édition limitée : le mythique Brides de Gala en 2 coloris différents, le carré patchwork (déjà épuisé en ligne) et un losange en cachemire et soie noir à pois bleus. Les modèles exclusifs portent la signature « Hermès pour Colette » comme vous pouvez le voir sur le gros plan du Brides de Gala. Les prix vont de 280€ pour un carré à 660€ pour le losange. Les carrés sont exposés dans une grande boîte orange Hermès au 1er étage de Colette, et sur le comptoir en face vous trouverez le magnifique livre Le Carré Hermès ainsi qu’un magasine gratuit de 28 pages avec les images de la campagne J’aime mon carré. Contrairement à Merci, un autre grand concept store parisien, il est strictement interdit de prendre des photos à l’intérieur de Colette. Mais je peux au moins vous montrer les pages du magasine dans leur totalité.

Que pensez-vous de cette campagne ? Vous donne-t-elle envie d’acheter un carré en édition limitée chez Colette ou préféreriez-vous vous rendre en boutique Hermès ? Pensez-vous que J’aime mon carré va changer l’image de la marque et séduire une nouvelle clientèle ?

12 Comments

Filed under Fashion, Shop, Store windows