Tag Archives: fashion history

A history of underwear in Paris

Corset blue

Undergarments in all shapes and forms have taken over the Musée des Arts Décoratifs in Paris. La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette (The mechanisms of underwear, an inquisitive history of the figure) leads us through the fascinating history of underwear with 200 looks ranging from the 14th century to today.

Mécanique des dessous Arts Décos

What struck me throughout this exhibition was how women’s bodies were deformed artificially, exaggeratedly and sometimes painfully by fashion to attain the beauty ideal of their time. Breasts pressed, waists strangled by corsets, legs imprisoned by panniers, bottoms adorned with bustles… Even though these “instruments of torture” hold a certain beauty of their own, you will leave the museum with a renewed love for your bras and panties.

Iron corset

Renaissance armour

Just look at this iron corset from the Renaissance. Can you imagine spending a whole day with your torso in a heavy metal cage? As for Monsieur, it was of utmost importance for him to show off his virility with protruding codpieces. I have to admit this armor made me smile and is very popular with visitors.

Stays 1

Stays 2

The figure of the 18th century woman was entirely remodeled. The stays created a V-shaped upper torso with breasts raised and midriffs tightened. Meanwhile, panniers restrained their liberty of movement and could reach ridiculous widths.

Robe à la française 1760Robe à l'anglaise 1785Pannier extreme

These undergarments were worn by women of bourgeois and noble class. After the 1789 French Revolution, they became symbols of a shameful past and disappeared from fashion. Napoleon took the reins of the country and so did the much more fluid Empire silhouette.

Puff sleeves

In the 1820s, puff sleeves came in fashion. I naively thought they were just big sleeves but it turns out women wore these underwear for arms to make them extra puffy.

Silhouette sablierPanniers

Monarchy returned to power in France, and so did the corsets and panniers.

Corset red

This beautiful corset from the 1860s-1870s allowed women to have an hour-glass figure with raised breasts and round hips.

Bustle 1881

Bustle

Bustle support

In the 1880s, the bustle gave women a “right angle” silhouette (or if you want to be mean, a goose silhouette). This shape combined with the corset accentuating the bosom and waist created a highly idealized representation of female sexual identity both exaggerated and concealed by the undergarments.

Bras 1910

The 1910s saw the rise of the active woman compelled to change her role in society by World War I. Great designers such as Paul Poiret and Coco Chanel liberated the female body from the corset. And that’s when bras entered the stage. But they did not enhance the breasts yet. On the contrary, they tended to compress them. In 1947 Christian Dior created a New Look that enhanced a thin waist and torso with round hips. Underwear then became much more structured.

Bras 1950

Vivianne Westwood

The history of underwear as a deforming item inspired contemporary designers such as Vivianne Westwood, Alexander McQueen and Dolce e Gabbana just to name a few.

The exhibition runs through November 24th. If you’re interested in knowing more about the history of fashion, I recommend you have a look at the Arts Décos’s past exhibition Fashioning Fashion which really completes this one.

And if you love lingerie, so does my friend Sarah from Style on the Couch who publishes Friday Lingerie Lust posts every Friday.

Alexander McQueen Dolce e Gabbana

Les sous-vêtements en tous genres ont envahi le Musée des Arts décoratifs. L’expo La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette présente à travers 200 silhouettes du 14ème siècle à nos jours l’histoire passionnante des dessous jusqu’au 24 novembre. Ce qui m’a marquée  dans cette expo, c’est à quel point le corps des femmes a été déformé de façon artificielle, exagérée, voir douloureuse par la mode afin de coller aux canons de beauté de chaque époque. Poitrine comprimée ou rehaussée, taille étranglée, jambes prisonnières des crinolines, fesses ornées… Malgré l’esthétique de certains « instruments de torture », on ressort de là avec un amour renouvelé pour notre tandem soutien-gorge + culotte.

Regardez ce corset de fer de la Renaissance. Vous imaginez passer une journée entière avec le buste en cage ? Quant aux messieurs, ils cherchaient à tout prix à montrer leur virilité par des braguettes proéminentes. Je dois vous avouer que cette armure m’a fait sourire et qu’elle a beaucoup de succès auprès du public.

Les femmes du 18ème siècle ont une silhouette entièrement remodelée. Le corps à baleine resserre le buste et étrangle la taille par un savant jeu de laçage, alors que les paniers des jupes entravent leur liberté de mouvement. Ces vêtements réservés à une classe aisée imposent au corps féminin une certaine démarche et maintien. Avec la Révolution, on se débarrasse de ces carcans représentant un temps révolu et les femmes adoptent la silhouette Empire, beaucoup plus fluide.

Dans les années 1820, c’est la mode des manches ballon. Je croyais naïvement que ce n’était que des grosses manches. Et non, les femmes portaient ces accessoires semblables aux bouées de piscine de notre enfance pour qu’elles soient vraiment bien gonflantes. Avec le retour monarchie en France, on revient à la mode des corsets et paniers. Ces corsets datant de 1860-1870 permettent aux femmes d’avoir une taille de guêpe avec des hanches arrondies et des seins rehaussés. Dans les années 1880, c’est le règne de la tournure ou « queue d’écrevisse ». Elle donne aux femmes une silhouette à angle droit (ou une « silhouette d’oie » diront les mauvaises langues).

Les années 1910 voient l’arrivée de la femme active accéléré par la Première Guerre Mondiale. De grands couturiers comme Poiret et Coco Chanel libèrent le corps du corset. C’est là que le soutien-gorge fait son entrée sur scène. Mais attention, on ne met pas encore en valeur les seins. On a même tendance à les cacher dans des brassières qui les compriment. Avec le New Look en 1947, Christian Dior met en avant une taille fine avec un buste étroit et des hanches arrondies. Les dessous sont alors très structurés.

L’histoire des dessous en tant qu’élément déformateur a inspiré de nombreux créateurs contemporains comme Vivianne Westwood, Alexander McQueen et Dolce e Gabbana.

Je vous conseille de jeter un œil à mon article sur l’expo Fashioning Fashion des Arts Décos qui complète vraiment bien celle-ci. Et si vous aimez la lingerie, ça tombe bien, mon amie Sarah de Style on the Couch l’est aussi et elle publie chaque vendredi un article dédié à ce thème.

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture is the fashion exhibition of the moment in Paris. With the support of Swarovski, the Hôtel de Ville de Paris hosts more than 100 magnificent designs of the past century for you to see up close. Born from the wild imagination of designers, created with the best materials and endless hours of detailed work from the ateliers, haute-couture is fashion at its most luxurious and exclusive. As the curator points out, it is also a Parisian art.

???????????????????????????????So Gatsby.

Please be patient when arriving at the Hôtel de Ville: I waited for nearly an hour outside and the same thing happened to my friend Lani. But I promise you the long queue is worth it! And the exhibition is free. (Just reward yourself afterwards with an éclair from the nearby L’Eclair de Génie like I did.)

The exhibition starts in a gallery detailing the history of haute couture. Though now considered a disappearing art, haute couture was the main way to sell fashion on the luxury market before prêt à porter took over in the 1960s. Further down the gallery, you can see the first dress of the exhibition: a richly embroidered Chanel gown.

Chanel Paris Haute Couture

You then get to a room where all the designs are shown. The Hôtel de Ville is not as appropriate as the Musée des Arts Décoratifs for fashion exhibitions: the place is quite dark and narrow. The layout is not flattering for the clothes which look crammed, so have a look at the excellent catalog before or after your visit.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

This is what Balenciaga looked like in the 1960s. The top dress is really surprising, like a hidden fall of flowers moving as one walks.

Behind the bottom one, you can see a purple gown designed by John Galliano for Christian Dior. Raf Simons, who is now at the helm of the brand, said that Galliano’s style isn’t relevant anymore. Well I am still impressed by his wild talent and hope to see more of his work at the Dior and Impressionism exhibition this summer at Granville, as I did 3 years ago (see here).

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Dior is also the place where 21-year-old Yves Saint Laurent shot to fame in 1958 before he created his own brand. I have marveled before at his precocious talent in this post about the YSL exhibition in the USA. Here, this gown is all about the woman as a flower (narrow waist / full skirt), in the style of Christian Dior’s New Look.

???????????????????????????????

My three favorite dresses of the exhibition. What I like about black clothes is that they’re all about design, details and material.

???????????????????????????????

Ah, Madame Grès. When I published this picture on Instagram, I realized I wasn’t the only one amazed at how modern and visionary this designer was.

???????????????????????????????

I love the sensuality of this Yves Saint Laurent dress, which I already showed you here. It comes from a collection that caused quite a scandal in 1971: critics deemed it vulgar and of poor taste. A situation that is quite reminiscent with Hedi Slimane’s latest show for Saint Laurent Paris…

???????????????????????????????

And Givenchy ends the trilogy with this sexy armor of a dress. If you follow me on Twitter and Instagram, you know that I loved the costumes Riccardo Tisci designed for the Bolero danced by the Paris Opera Ballet. Below is another design of his on the right.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

People tend to think that haute couture is all about fancy gowns, forgetting that it can also be daywear as represented here by the famous Chanel suits.

???????????????????????????????

But I don’t mind a touch of excentricity. Merci Elsa Schiaparelli!

???????????????????????????????

And can you really see through this Maison Martin Margiela mask? I’d rather wear the Yves Saint Laurent smoking.

Paris Haute Couture ends on Couture week (July 6th). Let me know what you thought of the exhibition in the comments!

???????????????????????????????Balmain detail (1958)

C’est l’expo mode du moment à Paris. Avec le soutien de Swarovski, Paris Haute Couture présente plus de 100 magnifiques modèles à examiner sous toutes les coutures. Née de l’imaginaire des créateurs, créée dans les matières les plus luxueuses, issue d’heures de travail méticuleux des petites mains, la haute couture fait resplendir les savoir-faire des maisons. Elle repousse les limites de la mode tout en nous faisant rêver.

L’expo a lieu à l’Hôtel de Ville de Paris. Armez-vous de patience pour y entrer : l’attente peut durer une heure. (Mais je vous promets que ça en vaut la peine ! En plus, c’est gratuit.) L’expo commence dans une galerie détaillant l’histoire de la haute couture. Si elle représente aujourd’hui plus un laboratoire d’idées avec une fin quasi-artistique, la haute couture était avant la montée du prêt-à-porter dans les années 1960 le moyen privilégié de vente sur le marché du luxe. Enfin on aperçoit le premier modèle : cette robe Chanel toute rebrodée de pierres bleues et d’un camélia au col. On arrive ensuite dans une grande salle où sont exposées les robes. L’Hôtel de Ville, ça ne vaut pas le Musée des Arts Décoratifs : le lieu est sombre et relativement étroit pour accueillir toutes ces pièces. Cela provoque un effet d’entassement qui ne permet pas d’apprécier les modèles à leur juste valeur. N’hésitez donc pas à feuilleter le beau catalogue de l’exposition avant ou après votre visite.

Voici à quoi ressemblaient les modèles Balenciaga dans les années 1960. Le premier est vraiment étonnant, comme une chute de fleurs à moitié cachée qui s’anime avec le mouvement des jambes. Derrière le second, on aperçoit une robe violette créée par John Galliano pour Christian Dior. Raf Simons qui est maintenant à la tête de cette maison a dit que la mode de Galliano ne correspondrait plus à l’air du temps. Artistiquement, c’est l’un des créateurs qui m’a fait le plus rêver et qui m’éblouit toujours par son talent fou. J’espère pouvoir admirer ses modèles à l’expo Dior et l’Impressionnisme cet été à Granville, comme je l’avais fait dans ce musée il y a 3 ans (voir ici). Dior, c’est aussi le lieu où Yves Saint Laurent s’est fait connaitre alors qu’il n’avait que 21 ans en 1958. Je vous avais déjà parlé de la précocité de son génie dans ce billet dédié à l’expo YSL aux Etats-Unis.

Mes trois robes préférées de l’expo. Ce qui est intéressant avec le noir, c’est qu’il met l’accent sur la coupe et les détails. Ah, Madame Grès. Lorsque j’ai publié la photo de cette robe sur Instagram, nous avons été plusieurs à nous émerveiller de la modernité de cette créatrice. J’adore la sensualité de cette robe Yves Saint Laurent. Elle est issue d’une collection de 1971 qui avait fait scandale à l’époque : les critiques la trouvaient vulgaire et de mauvais goût. (Je vous l’avais déjà montrée ici.) Cela rappelle les réactions face au dernier défilé d’Hedi Slimane pour la marque désormais appelée Saint Laurent Paris… Givenchy achève la trilogie avec cette robe-armure savamment découpée. Ceux qui me suivent sur Twitter et Instagram savent que j’ai adoré les costumes créés par Riccardo Tisci pour le Boléro dansé par le ballet de l’Opéra de Paris. On retrouve un autre modèle du couturier ci-dessous.

La haute couture, ce n’est pas que de la fantaisie, de la broderie et des robes de soirée. Ca peut aussi être très sobre et efficace comme ces tailleurs et manteaux, dont les fameux Chanel. Mais les touches d’excentricité, c’est quand même sympa. Merci Elsa Schiaparelli ! Et est-ce qu’on y voit quelque chose avec ce masque Maison Martin Margiela ? Je porterais plutôt le smoking Yves Saint Laurent.

Vous avez jusqu’au 6 juillet pour admirer la haute couture à Paris ; d’ailleurs les défilés ont lieu la même semaine. N’hésitez pas à partager vos impressions en commentaire !

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions