Tag Archives: Christian Dior

Visiting the Dior couture salons on avenue Montaigne

???????????????????????????????

After visiting the Berluti workshop, I was lucky to tour the Dior salons on avenue Montaigne through LVMH’s Journées Particulières. Dior’s celebrity-oriented advertisement and marketing tends to overshadow the prestige of its craftsmen and the quality of its products so it was a wonderful idea to guide us behind the scenes over a weekend. We had a chance to interact with passionate employees, see their work up close and feel our jaws drop when hearing the number of hours spent on some products.

???????????????????????????????

The Bar suit greeted us at the 30 avenue Montaigne entrance. This New Look silhouette made Christian Dior famous in 1947. An elegant stairway decorated with pictures from that era and gowns from Raf Simons’s last haute couture collection lead us to the 2nd floor salons.

???????????????????????????????Dior stairs pink gowns

Christian Dior chose this mansion to house his store and ateliers for its location across the street from the Plaza Athénée where his clients would stay. The pearl gray decoration reminded him of the sky of his hometown, Granville. (I showed you around Dior’s childhood home here.)

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The building is only occupied by the store and the fashion department now but for the Journées Particulières Dior had all its activities represented on this floor. We were lead by small groups from table to table where craftsmen would tell us about their jobs. Our first stop was Dior Homme and its elegant tuxedo jackets. They are created in 9 steps, each taking 6 hours of work by hand. As for the shoes, the wooden lasts made me smile: no wonder my feet can’t stand my Dior heels for very long if they are supposed to look like this! And fun fact: a Lady Dior bag is made of 140 components.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Then it was time for haute couture. The tailoring atelier works on the most structured designs made of the heavier fabrics. 27 people work there and this number doubles before shows because of the increased workload.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The « flou » atelier for dresses and embroiderers explained the creation of this dress from the fall 2012 collection. The flou atelier also works on wedding dresses which take up to 400 hours of work. Embroidery is a craft where patience and attention to detail are key: the dress took 500 hours of work for this atelier with a zillion tiny beads to embroider on an extremely fragile fabric.

???????????????????????????????

I didn’t expect to see children’s clothing on that day so this exquisite Baby Dior christening dress was a welcomed surprise. The seamstress showed us how she created the flounces one by one with a hot iron. This dress is made to order with one week’s work for 8,000 €. In the background is a picture of Grace Kelly with Prince Albert of Monaco.

Dior Grand Bal watch

Dior high jewelry

The watchmen came all the way from Switzerland to show us the Grand Bal watch. The making of the dial takes 1 month of work with special care brought to the fawn feathers and diamonds. The jewelers were creating a wax model on which the high-jewelry ring would be mold and then adorned with diamonds.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The visit ended with fragrances. Christian Dior loved perfume: he saw it as the finishing touch of a woman’s look. His first one, Miss Dior, was launched in 1947 with the New Look couture collection. Dior would spray it in his salon before the shows. Diorissimo is the only bottle he designed. Closer to us in time, a precious bottle of J’Adore created by an artist. We were then told about the packaging of extraits de parfums; for example, we saw how threads of gold were tied around the tiny bottles. I had no idea this job even existed!

???????????????????????????????

I hope you enjoyed this visit. If so, you might like this post on the beautiful Dior ball gowns shown in an exhibition at Christian Dior’s childhood home.

???????????????????????????????

Après la visite des ateliers Berluti, j’ai eu la chance d’être invitée dans les salons Dior avenue Montaigne à l’occasion des Journées Particulières de LVMH. La publicité et le marketing très people de Dior nous feraient presque oublier ses artisans exceptionnels et la qualité des produits. C’était vraiment une belle initiative de nous ouvrir les coulisses de la maison avec des savoir-faire prestigieux, des employés passionnés et des nombres d’heures de travail à donner le vertige !

Le tailleur Bar nous accueille à l’entrée. C’est la silhouette emblématique du New Look de Christian Dior qui a véritablement lancé sa maison en 1947. Un escalier décoré de photos historiques de la maison et de robes de la dernière collection haute-couture de Raf Simons nous mène aux salons du 1er étage. C’est ce lieu que Christian Dior avait choisi pour présenter ses collections de haute couture. L’hôtel particulier se trouve face au Plaza Athénée où séjournaient ses clientes. Le gris perle des salons lui rappelait le ciel de Granville où il a grandi (je vous avais montré sa maison d’enfance ici).

Cette adresse est aujourd’hui uniquement réservée à la mode mais, pour les Journées Particulières, Dior avait exposé l’ensemble de ses activités sur cet étage. Nous étions emmenés par petits groupes de table en table où les artisans en blouse blanche nous expliquaient leur métier. Dior Homme était représenté par ses belles vestes de costume. 9 étapes nécessitant chacune 6 heures de travail à la main sont nécessaires à leur confection. Quant aux chaussures pour femmes, la forme en bois m’a fait sourire : pas étonnant que mes pieds ne supportent pas mes talons Dior très longtemps !

La haute-couture nous accueillait avec l’atelier tailleur. Les pièces les plus structurées aux tissus lourds et épais y sont créés. 27 personnes y travaillent et cet effectif est doublé juste avant les préparations des collections. Les atelier flou et broderie nous ont expliqué la conception de cette robe de la collection automne 2012. En plus de la haute-couture, l’atelier flou s’occupe des robes de mariées, lesquelles demandent en moyenne 400 heures de travail. La broderie est incroyable d’exigence et de patience: 500 heures de travail avaient été nécessaires pour la robe.

Une activité moins connue chez Dior : les vêtements pour enfants Baby Dior. Cette robe de baptême était impressionnante de détails, comme ces volants de dentelle créés un à un par la couturière avec un fer chaud. Elle est réalisée sur commande en une semaine pour la modique somme de 8000 €. Au fond, une photo de Grace Kelly avec le Prince Albert.

Les horlogers venus de Suisse nous ont présenté la montre Grand Bal. Le cadran nécessite 1 mois de travail avec un grand soin apporté aux plumes de coq et diamants. Les joaillers nous montraient le modèle en cire sur laquelle la bague de haute-joaillerie sera moulée puis parée de diamants.

La visite s’est terminée parmi les parfums. Christian Dior les aimaient beaucoup : il trouvait qu’ils complétaient la tenue des femmes. Miss Dior a été son premier parfum, lancé avec le New Look en 1947. Il en parfumait ses salons avant les défilés. Diorissimo est le seul flacon qu’il ait dessiné. Plus récemment, un flacon précieux de J’adore créé par un artiste. Enfin, nous avons observé le façonnage des flacons de parfum : comment les fils d’or sont noués à la main sur le haut du flacon par exemple. Je n’imaginais pas que ce métier existait!

J’espère que cette visite vous a plu ! Si c’est le cas, vous aimerez sans doute ce billet sur les magnifiques robes de bal Christian Dior exposées à Granville.

11 Comments

Filed under Beauty, Fashion

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture

Paris Haute Couture is the fashion exhibition of the moment in Paris. With the support of Swarovski, the Hôtel de Ville de Paris hosts more than 100 magnificent designs of the past century for you to see up close. Born from the wild imagination of designers, created with the best materials and endless hours of detailed work from the ateliers, haute-couture is fashion at its most luxurious and exclusive. As the curator points out, it is also a Parisian art.

???????????????????????????????So Gatsby.

Please be patient when arriving at the Hôtel de Ville: I waited for nearly an hour outside and the same thing happened to my friend Lani. But I promise you the long queue is worth it! And the exhibition is free. (Just reward yourself afterwards with an éclair from the nearby L’Eclair de Génie like I did.)

The exhibition starts in a gallery detailing the history of haute couture. Though now considered a disappearing art, haute couture was the main way to sell fashion on the luxury market before prêt à porter took over in the 1960s. Further down the gallery, you can see the first dress of the exhibition: a richly embroidered Chanel gown.

Chanel Paris Haute Couture

You then get to a room where all the designs are shown. The Hôtel de Ville is not as appropriate as the Musée des Arts Décoratifs for fashion exhibitions: the place is quite dark and narrow. The layout is not flattering for the clothes which look crammed, so have a look at the excellent catalog before or after your visit.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

This is what Balenciaga looked like in the 1960s. The top dress is really surprising, like a hidden fall of flowers moving as one walks.

Behind the bottom one, you can see a purple gown designed by John Galliano for Christian Dior. Raf Simons, who is now at the helm of the brand, said that Galliano’s style isn’t relevant anymore. Well I am still impressed by his wild talent and hope to see more of his work at the Dior and Impressionism exhibition this summer at Granville, as I did 3 years ago (see here).

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Dior is also the place where 21-year-old Yves Saint Laurent shot to fame in 1958 before he created his own brand. I have marveled before at his precocious talent in this post about the YSL exhibition in the USA. Here, this gown is all about the woman as a flower (narrow waist / full skirt), in the style of Christian Dior’s New Look.

???????????????????????????????

My three favorite dresses of the exhibition. What I like about black clothes is that they’re all about design, details and material.

???????????????????????????????

Ah, Madame Grès. When I published this picture on Instagram, I realized I wasn’t the only one amazed at how modern and visionary this designer was.

???????????????????????????????

I love the sensuality of this Yves Saint Laurent dress, which I already showed you here. It comes from a collection that caused quite a scandal in 1971: critics deemed it vulgar and of poor taste. A situation that is quite reminiscent with Hedi Slimane’s latest show for Saint Laurent Paris…

???????????????????????????????

And Givenchy ends the trilogy with this sexy armor of a dress. If you follow me on Twitter and Instagram, you know that I loved the costumes Riccardo Tisci designed for the Bolero danced by the Paris Opera Ballet. Below is another design of his on the right.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

People tend to think that haute couture is all about fancy gowns, forgetting that it can also be daywear as represented here by the famous Chanel suits.

???????????????????????????????

But I don’t mind a touch of excentricity. Merci Elsa Schiaparelli!

???????????????????????????????

And can you really see through this Maison Martin Margiela mask? I’d rather wear the Yves Saint Laurent smoking.

Paris Haute Couture ends on Couture week (July 6th). Let me know what you thought of the exhibition in the comments!

???????????????????????????????Balmain detail (1958)

C’est l’expo mode du moment à Paris. Avec le soutien de Swarovski, Paris Haute Couture présente plus de 100 magnifiques modèles à examiner sous toutes les coutures. Née de l’imaginaire des créateurs, créée dans les matières les plus luxueuses, issue d’heures de travail méticuleux des petites mains, la haute couture fait resplendir les savoir-faire des maisons. Elle repousse les limites de la mode tout en nous faisant rêver.

L’expo a lieu à l’Hôtel de Ville de Paris. Armez-vous de patience pour y entrer : l’attente peut durer une heure. (Mais je vous promets que ça en vaut la peine ! En plus, c’est gratuit.) L’expo commence dans une galerie détaillant l’histoire de la haute couture. Si elle représente aujourd’hui plus un laboratoire d’idées avec une fin quasi-artistique, la haute couture était avant la montée du prêt-à-porter dans les années 1960 le moyen privilégié de vente sur le marché du luxe. Enfin on aperçoit le premier modèle : cette robe Chanel toute rebrodée de pierres bleues et d’un camélia au col. On arrive ensuite dans une grande salle où sont exposées les robes. L’Hôtel de Ville, ça ne vaut pas le Musée des Arts Décoratifs : le lieu est sombre et relativement étroit pour accueillir toutes ces pièces. Cela provoque un effet d’entassement qui ne permet pas d’apprécier les modèles à leur juste valeur. N’hésitez donc pas à feuilleter le beau catalogue de l’exposition avant ou après votre visite.

Voici à quoi ressemblaient les modèles Balenciaga dans les années 1960. Le premier est vraiment étonnant, comme une chute de fleurs à moitié cachée qui s’anime avec le mouvement des jambes. Derrière le second, on aperçoit une robe violette créée par John Galliano pour Christian Dior. Raf Simons qui est maintenant à la tête de cette maison a dit que la mode de Galliano ne correspondrait plus à l’air du temps. Artistiquement, c’est l’un des créateurs qui m’a fait le plus rêver et qui m’éblouit toujours par son talent fou. J’espère pouvoir admirer ses modèles à l’expo Dior et l’Impressionnisme cet été à Granville, comme je l’avais fait dans ce musée il y a 3 ans (voir ici). Dior, c’est aussi le lieu où Yves Saint Laurent s’est fait connaitre alors qu’il n’avait que 21 ans en 1958. Je vous avais déjà parlé de la précocité de son génie dans ce billet dédié à l’expo YSL aux Etats-Unis.

Mes trois robes préférées de l’expo. Ce qui est intéressant avec le noir, c’est qu’il met l’accent sur la coupe et les détails. Ah, Madame Grès. Lorsque j’ai publié la photo de cette robe sur Instagram, nous avons été plusieurs à nous émerveiller de la modernité de cette créatrice. J’adore la sensualité de cette robe Yves Saint Laurent. Elle est issue d’une collection de 1971 qui avait fait scandale à l’époque : les critiques la trouvaient vulgaire et de mauvais goût. (Je vous l’avais déjà montrée ici.) Cela rappelle les réactions face au dernier défilé d’Hedi Slimane pour la marque désormais appelée Saint Laurent Paris… Givenchy achève la trilogie avec cette robe-armure savamment découpée. Ceux qui me suivent sur Twitter et Instagram savent que j’ai adoré les costumes créés par Riccardo Tisci pour le Boléro dansé par le ballet de l’Opéra de Paris. On retrouve un autre modèle du couturier ci-dessous.

La haute couture, ce n’est pas que de la fantaisie, de la broderie et des robes de soirée. Ca peut aussi être très sobre et efficace comme ces tailleurs et manteaux, dont les fameux Chanel. Mais les touches d’excentricité, c’est quand même sympa. Merci Elsa Schiaparelli ! Et est-ce qu’on y voit quelque chose avec ce masque Maison Martin Margiela ? Je porterais plutôt le smoking Yves Saint Laurent.

Vous avez jusqu’au 6 juillet pour admirer la haute couture à Paris ; d’ailleurs les défilés ont lieu la même semaine. N’hésitez pas à partager vos impressions en commentaire !

6 Comments

Filed under Fashion exhibitions