Category Archives: Beauty

Maison Francis Kurkdjian OUD mood collection

???????????????????????????????

I have a thing for niche beauty brands. They are often born from the minds of people so passionate about their idea that they invest all their energy into their project. These brands are the visionaries and creative labs of the beauty industry and do not compromise on quality. I also happen to have a thing for fragrance. It is hard to think of another product that can project such emotion, mystery and expression of self. So when Maison Francis Kurkdjian offered to have me review their latest collection, OUD mood, I was thrilled to learn more about this beautiful brand.

francisk-portrait-trunk1

A French perfumer, Francis Kurkdjian is widely renowned as one of the best noses. The first fragrance he developed at the age of 25, Jean Paul Gaultier’s Le Mâle, became a best-seller. Over the years, he collaborated with brands such as Aqua di Parma, Carven, Caudalie, Christian Dior, Elie Saab and Guerlain. In 2009, he launched his own brand, Maison Francis Kurkdjian. What I love about his work is his artistic collaborations and ability to think outside the box: Maison Francis Kurdkjian is the only fragrance brand I know of that sells detergent and scented bubbles.

???????????????????????????????

When visiting Paris, do have a sniff session at Maison Francis Kurkdjian’s cute boutique on rue d’Alger, steps away from the Jardins des Tuileries and place Vendôme. Its gallery at the entrance is a sight to see with the famous Parisian monuments set in motion. Très chic!

???????????????????????????????

Maison Francis Kurkdjian Paris store products

???????????????????????????????

OUD mood is a collection of 3 fragrances inspired by the Middle-Eastern world. The fragrances are based on oud, a resin-embedded wood which makes me think of woodsy incense. All three are intense, mysterious and sensual. Note that they are extrait de parfum with a 30% concentration of perfume. To give you an idea, an eau de parfum usually has a 17% concentration. All this to say the OUD mood fragrances are rather heavy but not overwhelming: they have a strong personality and leave a long-lasting scent.

Velvet mood is a balance between oud, a smoky cinnamon of Ceylan and a soft Brazilian copahu balm. Though these notes are usually strong, the fragrance gives the sensation of fluidity.

Silk mood is a contrast between the unctuous seductive Bulgarian rose and mysterious woodsy oud.  The scent left on the skin is soft and sensual as silk.

Cashmere mood is the deepest and most masculine of the three fragrances. Starting off with a spicy note, it leaves a gentle “second skin” with Moroccan labdanum, Laotian benzoin and vanilla.

My favorite OUD mood fragrance is Silk. I love the contrast between the feminine sensual rose and the more masculine powerful oud. It reminds me of a quote that went something like this: “Women feel the most feminine when they act with a dose of virility”. Which mood would you go for?

???????????????????????????????

J’ai un faible pour les marques de niche. Elles ont souvent derrière leur histoire des personnes passionnées qui investissent toute leur énergie dans leur projet. Ce sont des visionnaires et des laboratoires de créativité. Elles ne font pas de compromis sur la qualité. Il se trouve que j’ai aussi un faible pour les parfums. Difficile de penser à un autre produit qui provoque à ce point tant d’émotion et de mystère tout en permettant d’exprimer une part de soi. Alors quand Maison Francis Kurkdjian m’a proposé d’écrire sur sa nouveauté, la collection OUD mood, j’étais ravie d’en savoir plus sur cette belle maison.

Francis Kurkdjian est un parfumeur français reconnu comme étant l’un des meilleurs nez. Le premier parfum qu’il ait développé à l’âge de 25 ans, Le Mâle de Jean Paul Gaultier, est toujours un best-seller. Au fil des années, il a collaboré avec des marques comme Aqua di Parma, Carven, Caudalie, Christian Dior, Elie Saab et Guerlain. En 2009, il a lancé sa propre marque, Maison Francis Kurkdjian. Ce que j’aime dans son travail, ce sont ses collaborations artistiques et sa capacité à aller au-delà des conventions. Je ne connais pas d’autre marque de parfum qui propose des lessives et des bulles parfumées par exemple.

Si vous êtes à Paris, allez donc visiter la belle boutique de Maison Francis Kurkdjian rue d’Alger, à quelques pas des Jardins des Tuileries et de la place Vendôme. Rien que pour cette galerie animée à l’entrée, ça vaut le détour. Très chic !

OUD mood est une collection de 3 parfums intenses, mystérieux et sensuels inspirés du Moyen-Orient. Leur composition est à base d’oud, un bois enduit de résine qui me fait penser à de l’encens boisé. Notez que ce sont des extraits de parfum avec une concentration à 30%. (Par comparaison, une eau de parfum contient 17% de parfum.) Tout ça pour dire que les parfums OUD mood ont un caractère fort et un sillage qui évolue tout au long de la journée.

Velvet mood est un équilibre entre l’oud, une cannelle de Ceylan fumée et un doux baume copahu du Brésil. Si ces notes sont d’habitude fortes, on a ici une impression de fluidité.

Silk mood est un contraste entre la rose de Bulgarie onctueuse et séductrice et l’oud boisé et mystérieux. Le sillage sur la peau est doux comme de la soie.

Cashmere mood est le plus profond et masculine des trois. Commençant par une note épicée, il laisse un bel effet « seconde peau » avec du labdanum du Maroc, du benjoin du Laos et de la vanille.

Silk mood est mon parfum préféré de cette collection et je le porte occasionnellement. J’aime beaucoup son contraste entre la rose sensuelle et l’oud plus masculin et puissant. Il me rappelle une citation qui disait quelque chose comme cela : « Etre féminine c’est avoir une dose de virilité. » Et vous, quelle mood vous tente ?

4 Comments

Filed under Beauty, Shop

Visiting the Dior couture salons on avenue Montaigne

???????????????????????????????

After visiting the Berluti workshop, I was lucky to tour the Dior salons on avenue Montaigne through LVMH’s Journées Particulières. Dior’s celebrity-oriented advertisement and marketing tends to overshadow the prestige of its craftsmen and the quality of its products so it was a wonderful idea to guide us behind the scenes over a weekend. We had a chance to interact with passionate employees, see their work up close and feel our jaws drop when hearing the number of hours spent on some products.

???????????????????????????????

The Bar suit greeted us at the 30 avenue Montaigne entrance. This New Look silhouette made Christian Dior famous in 1947. An elegant stairway decorated with pictures from that era and gowns from Raf Simons’s last haute couture collection lead us to the 2nd floor salons.

???????????????????????????????Dior stairs pink gowns

Christian Dior chose this mansion to house his store and ateliers for its location across the street from the Plaza Athénée where his clients would stay. The pearl gray decoration reminded him of the sky of his hometown, Granville. (I showed you around Dior’s childhood home here.)

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The building is only occupied by the store and the fashion department now but for the Journées Particulières Dior had all its activities represented on this floor. We were lead by small groups from table to table where craftsmen would tell us about their jobs. Our first stop was Dior Homme and its elegant tuxedo jackets. They are created in 9 steps, each taking 6 hours of work by hand. As for the shoes, the wooden lasts made me smile: no wonder my feet can’t stand my Dior heels for very long if they are supposed to look like this! And fun fact: a Lady Dior bag is made of 140 components.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Then it was time for haute couture. The tailoring atelier works on the most structured designs made of the heavier fabrics. 27 people work there and this number doubles before shows because of the increased workload.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The « flou » atelier for dresses and embroiderers explained the creation of this dress from the fall 2012 collection. The flou atelier also works on wedding dresses which take up to 400 hours of work. Embroidery is a craft where patience and attention to detail are key: the dress took 500 hours of work for this atelier with a zillion tiny beads to embroider on an extremely fragile fabric.

???????????????????????????????

I didn’t expect to see children’s clothing on that day so this exquisite Baby Dior christening dress was a welcomed surprise. The seamstress showed us how she created the flounces one by one with a hot iron. This dress is made to order with one week’s work for 8,000 €. In the background is a picture of Grace Kelly with Prince Albert of Monaco.

Dior Grand Bal watch

Dior high jewelry

The watchmen came all the way from Switzerland to show us the Grand Bal watch. The making of the dial takes 1 month of work with special care brought to the fawn feathers and diamonds. The jewelers were creating a wax model on which the high-jewelry ring would be mold and then adorned with diamonds.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

???????????????????????????????

The visit ended with fragrances. Christian Dior loved perfume: he saw it as the finishing touch of a woman’s look. His first one, Miss Dior, was launched in 1947 with the New Look couture collection. Dior would spray it in his salon before the shows. Diorissimo is the only bottle he designed. Closer to us in time, a precious bottle of J’Adore created by an artist. We were then told about the packaging of extraits de parfums; for example, we saw how threads of gold were tied around the tiny bottles. I had no idea this job even existed!

???????????????????????????????

I hope you enjoyed this visit. If so, you might like this post on the beautiful Dior ball gowns shown in an exhibition at Christian Dior’s childhood home.

???????????????????????????????

Après la visite des ateliers Berluti, j’ai eu la chance d’être invitée dans les salons Dior avenue Montaigne à l’occasion des Journées Particulières de LVMH. La publicité et le marketing très people de Dior nous feraient presque oublier ses artisans exceptionnels et la qualité des produits. C’était vraiment une belle initiative de nous ouvrir les coulisses de la maison avec des savoir-faire prestigieux, des employés passionnés et des nombres d’heures de travail à donner le vertige !

Le tailleur Bar nous accueille à l’entrée. C’est la silhouette emblématique du New Look de Christian Dior qui a véritablement lancé sa maison en 1947. Un escalier décoré de photos historiques de la maison et de robes de la dernière collection haute-couture de Raf Simons nous mène aux salons du 1er étage. C’est ce lieu que Christian Dior avait choisi pour présenter ses collections de haute couture. L’hôtel particulier se trouve face au Plaza Athénée où séjournaient ses clientes. Le gris perle des salons lui rappelait le ciel de Granville où il a grandi (je vous avais montré sa maison d’enfance ici).

Cette adresse est aujourd’hui uniquement réservée à la mode mais, pour les Journées Particulières, Dior avait exposé l’ensemble de ses activités sur cet étage. Nous étions emmenés par petits groupes de table en table où les artisans en blouse blanche nous expliquaient leur métier. Dior Homme était représenté par ses belles vestes de costume. 9 étapes nécessitant chacune 6 heures de travail à la main sont nécessaires à leur confection. Quant aux chaussures pour femmes, la forme en bois m’a fait sourire : pas étonnant que mes pieds ne supportent pas mes talons Dior très longtemps !

La haute-couture nous accueillait avec l’atelier tailleur. Les pièces les plus structurées aux tissus lourds et épais y sont créés. 27 personnes y travaillent et cet effectif est doublé juste avant les préparations des collections. Les atelier flou et broderie nous ont expliqué la conception de cette robe de la collection automne 2012. En plus de la haute-couture, l’atelier flou s’occupe des robes de mariées, lesquelles demandent en moyenne 400 heures de travail. La broderie est incroyable d’exigence et de patience: 500 heures de travail avaient été nécessaires pour la robe.

Une activité moins connue chez Dior : les vêtements pour enfants Baby Dior. Cette robe de baptême était impressionnante de détails, comme ces volants de dentelle créés un à un par la couturière avec un fer chaud. Elle est réalisée sur commande en une semaine pour la modique somme de 8000 €. Au fond, une photo de Grace Kelly avec le Prince Albert.

Les horlogers venus de Suisse nous ont présenté la montre Grand Bal. Le cadran nécessite 1 mois de travail avec un grand soin apporté aux plumes de coq et diamants. Les joaillers nous montraient le modèle en cire sur laquelle la bague de haute-joaillerie sera moulée puis parée de diamants.

La visite s’est terminée parmi les parfums. Christian Dior les aimaient beaucoup : il trouvait qu’ils complétaient la tenue des femmes. Miss Dior a été son premier parfum, lancé avec le New Look en 1947. Il en parfumait ses salons avant les défilés. Diorissimo est le seul flacon qu’il ait dessiné. Plus récemment, un flacon précieux de J’adore créé par un artiste. Enfin, nous avons observé le façonnage des flacons de parfum : comment les fils d’or sont noués à la main sur le haut du flacon par exemple. Je n’imaginais pas que ce métier existait!

J’espère que cette visite vous a plu ! Si c’est le cas, vous aimerez sans doute ce billet sur les magnifiques robes de bal Christian Dior exposées à Granville.

11 Comments

Filed under Beauty, Fashion